Le Comie Asie-Pacifique de l'IS au Népal discute de la paix et de la démocratie dans la région 10-11 février 2007

Alors que le Népal entre dans une phase décisive dans la mise en œuvre de l’Accord de paix compréhensif signé en novembre 2006, l‘Internationale Socialiste a tenu une réunion de son Comité Asie-Pacifique à Katmandou les 10 et 11 février pour manifester son soutien et sa solidarité avec le peuple du Népal et ses institutions démocratiques en ce moment crucial.

L’Internationale, qui s’est pleinement réjouie du succès du mouvement populaire en avril dernier dans la reconquête du processus démocratique, a suivi de près les développements dans le pays qui ont mené à la renonciation du pouvoir par le Roi Gyanendra, au rétablissement du parlement népalais et à l’élection de Girija Prasad Koirala, leader du parti membre de l’IS, le Parti du Congrès Népalais, en tant que premier ministre. L’Internationale est restée en contact étroit pendant toute cette période avec le Parti du Congrès Népalais, le premier ministre Koirala ainsi que d’autres membres de la coalition gouvernementale, contacts qui ont inclus une visite du secrétaire général de l’IS dans le pays l’année dernière. Alors que le Népal se prépare pour l’élection d’une Assemblée constituante, prévue au mois de juin cette année, pour rédiger une nouvelle constitution en conformité avec l’accord de paix, et tandis que les dispositions pour le désarmement des anciens insurgés sont mises en place, les membres de l’Internationale ont été chaleureusement accueillis à Katmandou par tous les partis politiques qui ont signé l’accord de paix de 2006.

La réunion a commencé avec une session inaugurale au Centre international de conventions Birendra, avec la participation de quelques 2000 personnes, y compris des leaders de partis et autres responsables politiques, des membres du parlement, des intellectuels, des membres de la société civile et des représentants des médias, auxquels s’est tout d’abord adressé le secrétaire général du Parti du Congrès Népalais, Ram Chandra Poudel, et ensuite des leaders de partis signataires de l’accord, le président du Parti du Congrès Népalais (Démocratique) et ancien premier ministre, Sher Bahadur Deuda, ainsi que le leader du Parti Communiste (UML), Madhar Kumar Népal. Le vice-président du Parti du Congrès Népalais, Sushil Koirala, est ensuite intervenu, suivi par un discours du secrétaire général de l’Internationale Socialiste, Luis Ayala. Un message de remerciements par Ram Baran Yadav, co-secrétaire général du Parti du Congrès Népalais, a conclu les cérémonies.

Se réunissant plus tard pour les sessions de travail du Comité, présidées par le Secrétaire Général de l’IS, les participants ont dédié la première partie des discussions aux derniers développements au Népal alors que le pays avance dans la prochaine étape de sa transition. Des rapports ont été présentés par des représentants de différents membres de la coalition des huit partis derrière l’accord de paix. Le débat a de plus compté sur des contributions de ministres du gouvernement, de leaders du mouvement syndical dans le pays, du leader du Forum des droits du peuple Madhesi, de représentantes d’associations de femmes, d’académiciens et de participants provenant d’autres organisations de la société civile.

Le Comité a réaffirmé son soutien pour l’Accord de paix de 2006 au Népal, exhortant qu’il soit pleinement appliqué et respecté par toutes les parties impliquées. Le Comité a également lancé un appel à la coalition des huit partis pour qu’elle reste unie dans la priorité fondamentale d’assurer que le prochain processus électoral soit libre, juste et transparent, et a annoncé que l’Internationale enverrait une délégation pour observer les élections pour l’Assemblée constituante.

En ce qui concerne les questions relatives à la paix et à la stabilité dans la région, le Comité a examiné la situation dans la péninsule coréenne et les développements inquiétants au Sri Lanka. Les délégués ont exprimé leur préoccupation quant au test par la Chine d’armes anti-satellites en janvier cette année et ont lancé un appel pour un traité international bannissant l’utilisation d’armes dans l’espace.

Dans leurs discussions des thèmes touchant à la démocratie dans la région, les participants ont abordé l’absence de progrès démocratique au Pakistan, la situation sérieuse au Bangladesh, et le cas particulier de la Birmanie. Le Comité a également réaffirmé la condamnation de l’Internationale du coup militaire en Thaïlande au mois de septembre dernier et déploré le récent coup aux Fidji.

Le Comité, reconnaissant les défis particuliers auxquels doivent faire face les petits Etats-îles, a également abordé des thèmes de préoccupation en ce qui concerne les îles Salomon et Tonga. Portant un intérêt particulier au Timor-Leste, le Comité a exprimé son espoir que les prochaines élections présidentielles en avril fournissent une opportunité pour restaurer la confiance dans les institutions démocratiques du pays et a convenu d’envoyer une délégation pour observer ces élections. La discrimination dont souffrent la population d’ethnie népalaise et d’autres communautés au Bhoutan, et l’absence de démocratie dans ce pays, ont été aussi soulignées.

Le Comité a également déclaré son appui pour les efforts du Parti Social-Démocrate du Japon en faveur du maintien de l’article 9 de la Constitution, ainsi que la politique non nucléaire du pays, éléments qui fournissent tous deux une base solide et positive ainsi qu’un bon model pour la stabilité et la sécurité régionale et mondiale.

Tous ces thèmes ont été reflétés dans la Déclaration de Katmandou, adoptée à l’unanimité par les participants.

En ce qui concerne les futures activités, le Comité a décidé de tenir une réunion plus tard cette année au Japon, après les prochaines élections dans ce pays.

 

Participants

You are currently offline. Some pages or content may fail to load.