L’Internationale Socialiste condamne le manque de démocratie et la répression au Bélarus

21 octobre 2004

L’Internationale Socialiste déplore le climat de peur et d’intimidation imposé par le gouvernement d’Alexander Lukashenko avant la tenue des élections législatives et du référendum, ainsi que les mesures répressives subséquentes prises contre des membres de l’opposition et de la presse.

L’IS condamne l’arrestation et l’emprisonnement de manifestants par les autorités biélorusses, à Minsk, y compris Mikalai Statkevich, un des leaders de la coalition Libérer le Bélarus et président du Parti Social-Démocrate du Bélarus (Narodnaya Hramada) - parti membre de l’Internationale Socialiste - ainsi que d’autres membres de partis de l’opposition dans le pays, et lance un appel au gouvernement afin que tous ceux qui sont détenus soient immédiatement libérés.

L’Internationale est convaincue que le manque continu de démocratie au Bélarus ne devrait plus être toléré et lance un appel à l’Union européenne, à la Russie et à la communauté internationale, afin qu’elles agissent de façon décisive pour soutenir les aspirations du peuple biélorusse en faveur du changement politique.

L’Internationale exprime à nouveau sa pleine solidarité avec les forces politiques et la société civile qui luttent pour la démocratie et les droits fondamentaux de la personne au Bélarus, rejette l’ébranlement systématique du droit à la liberté d’expression et d’association ainsi que l’institution d’un nombre illimité de termes présidentiels par l’intermédiaire d’un référendum non démocratique, et réaffirme son soutien en faveur du droit du peuple du Bélarus à protester pacifiquement contre l’absence des conditions nécessaires pour la tenue d’élections libres et justes.

 

You are currently offline. Some pages or content may fail to load.