Shimon Peres 1923-2016

L’Internationale Socialiste exprime sa profonde tristesse à l’annonce du décès de Shimon Peres, ancien président, premier ministre et ministre des affaires étrangères israélien, ancien chef du parti travailliste (ILP - Israel Labour Party) et figure emblématique de l’IS en tant que vice-président et président honoraire de l’organisation. Il s’est éteint le mardi 27 septembre à l’âge de 93 ans. Nous déplorons sa disparition et adressons toutes nos condoléances à sa famille, ses amis et ses collègues.

 

M. Peres fut l’un des pères fondateurs de l’État d’Israël en 1948, et restera l’un des plus grands hommes d’État de son histoire. Il participa activement à la vie publique pendant soixante-dix ans, dont près d’un demi-siècle en tant que membre de la Knesset, après son élection comme membre du Mapaï en 1959, parti membre de l’IS. Il finit par renoncer à son siège au parlement israélien en 2007, suite à son élection à la présidence d’Israël. Il dirigea l’ILP, parti successeur du Mapaï et membre de l’IS, à trois reprises, de 1977 à 1992, de 1995 à 1997 et de 2003 à 2005.

Simon Peres fut premier ministre à deux reprises et ministre des affaires étrangères israélien à trois reprises, il obtint également divers autres portefeuilles ministériels tout au long de son illustre carrière. Ses nombreux exploits remontent notamment à la période de 1992 à 1995, lorsqu’il joua un rôle crucial en tant que ministre des affaires étrangères du gouvernement de Yitzhak Rabin dans le processus de paix israélo-palestinien, menant aux accords d’Oslo en septembre 1993. Ces contributions ont été reconnues en 1994 lorsque Shimon Peres se vit décerner le prix Nobel de la Paix avec Yitzhak Rabin et Yasser Arafat, président de l’Autorité palestinienne, pour leurs efforts déployés en faveur de la paix au Moyen-Orient.

Le second mandat de Shimon Peres en tant que premier ministre d’Israël débuta dans des circonstances tragiques, suite à l’assassinat du premier ministre Rabin en novembre 1995. Un an plus tard, prenant la parole à la tribune du XXe Congrès de l’IS convoqué au siège des Nations Unies à New York, M. Peres rendit hommage à M. Rabin, il rappela l’importance continue de progresser en faveur de la paix avec la Palestine et le besoin qu’a Israël de rétablir la paix avec la Syrie et le Liban. M. Peres participa activement et régulièrement aux travaux de l’IS sur ces questions, toujours disposé à amorcer le dialogue avec ses homologues palestiniens dans le cadre de notre famille politique commune. Il fut également membre du Présidium de l’IS pendant de nombreuses années en tant que vice-président et fut président honoraire de l’organisation de 1999 à 2003.

L’attachement de M. Peres à la construction d’un avenir pacifique à la fois pour les Israéliens et pour les Palestiniens s’illustre dans les travaux du Centre Peres pour la paix (Peres Centre for Peace), qu’il fonda en 1996, et dont la mission est de promouvoir une paix durable en créant un environnement de tolérance et de coopération. En 2013, alors qu’il fêtait son 90ème anniversaire, M. Peres déclara être convaincu que son ambition de paix pour Israël et la Palestine se réaliserait de son vivant, et il est profondément regrettable de constater le peu de progrès récent à cet égard.

Alors que les dirigeants d’Israël et de Palestine sont rejoints par les voix s’élevant dans le monde entier pour rendre hommage à un homme qui a consacré une si grande partie de sa vie à la paix, l’Internationale Socialiste exhorte les deux parties à relancer les négociations pour un règlement durable du conflit. Instaurer la paix et la sécurité dans une solution des deux-États est non seulement une nécessité pour la stabilité et la prospérité future d’Israël, de la Palestine et du Moyen-Orient, mais serait également la réalisation des espoirs et de la vision d'un homme de  paix, Shimon Peres.