L'IS condamne le coup d'état et l'interruption du processus vers la démocratie au Burkina Faso

17 septembre 2015

L'Internationale Socialiste condamne vigoureusement le coup d'état au Burkina Faso et la prise en otage du président par intérim Michel Kafando, du premier Ministre Isaac Zida et d'autres membres du gouvernement par le Régiment de sécurité présidentielle (RSP), une force d'élite créée par l'ancien président, Blaise Campaoré.

Notre Internationale demande la libération immédiate de toutes les personnes illégalement détenues, le rétablissement du gouvernement provisoire légitime et la reprise complète du processus pour l'organisation d'élections libres et juste programmées pour le 11 octobre.

Alors que l'on signale des fusillades intenses au cours de la nuit dans la capitale, Ouagadougou, et la présence dans les rues de personnes protestant contre l'interruption militaire du processus de transition vers la démocratie, nous rappelons aux forces militaires ayant organisé ce coup d'état que l'opinion publique et les institutions internationales les tiendront responsables des pertes de vie qui en résulteront.

Le Burkina Faso doit pouvoir rejoindre la communauté des nations démocratiques et doit mettre un terme une fois pour toutes à l'ingérence de l'armée dans les affaires politiques du pays. L'Internationale Socialiste exprime sa solidarité et son soutien total à tous les Burkinabés mobilisés pour la démocratie et à toutes les forces politiques démocratiques du pays qui œuvrent à cette fin.

 

You are currently offline. Some pages or content may fail to load.