Les élections législatives n'apportent ni vraie démocratie ni réel changement

13 septembre 2016

Malgré l’élection de parlementaires de l’opposition, une première en vingt ans, les élections législatives au Bélarus n’ont pas apporté de véritable démocratie au peuple du pays. L’Internationale Socialiste renouvelle son plein appui et sa solidarité à tous ceux qui, au Bélarus, se sont engagés dans la lutte fondamentale pour la démocratie et les droits de l’homme.

Le 11 septembre 2016, les citoyens bélarussiens se sont rendus aux urnes pour le scrutin législatif, dont les résultats sont désormais connus. Le nouveau parlement compte deux députés de l’opposition, les premiers à être élus depuis 1996, mais reste largement dominé par les partisans du président Alexander Lukashenko. Ce dernier dirige le pays depuis 1994, exerçant un pouvoir absolu grâce à une répression systématique de l’opposition et à la manipulation des élections.

Les observateurs des élections législatives ont exprimé leur préoccupation quant aux nombreuses irrégularités observées lors du vote et des procédures de décompte des voix et de dépouillement. Par ailleurs, le climat politique ambiant ne favorise pas la tenue d’élections démocratiques étant donné les sérieuses restrictions à la liberté fondamentale des partis et des candidats de l’opposition à s’organiser et à s’exprimer. L’IS reste convaincue que dans un contexte électoral libre et régulier, un plus grand nombre de candidats de l’opposition auraient été élus. Dès lors, les résultats publiés par les autorités bélarussiennes ne sont qu’une simple tentative de camouflage de l’absence de démocratie.

Nombreux sont ceux, au sein de l’opposition unie, dont le parti bélarussien membre de l’IS Parti Social-Démocrate du Bélarus (BSDP-NH), qui perçoivent la présence des deux députés de l’opposition parmi les députés élus comme une tentative du régime de donner l’illusion d’un processus démocratique. Il est toutefois évident que deux voix dissidentes ne seront pas à même d’exercer une quelconque influence au sein d’une Chambre composée de 110 députés dont le pouvoir est limité par le système autoritaire en vigueur au Bélarus de Lukashenko.

Au vu des manquements criants au processus démocratique, l’IS soutient pleinement les manifestations pacifiques du BSDP-NH et d’autres forces de l’opposition du 12 septembre en faveur d’élections libres et régulières. L’une des figures de proue de ces manifestations était Mikalai Statkevich, président du BSDP-NH et ancien candidat présidentiel, emprisonné par les autorités pendant quatre ans et huit mois à la suite des élections présidentielles illégitimes de 2010. L’IS était aux côtés de Mikalai Statkevich et des autres prisonniers politiques bélarussiens pendant leur incarcération et continuera à faire avancer la cause démocratique au Bélarus. Nous encourageons la communauté internationale à en faire autant, en maintenant la pression sur le régime bélarussien afin d’insuffler un changement concret.

You are currently offline. Some pages or content may fail to load.