Myanmar - action urgente de la communauté internationale est nécessaire

1 avril 2021

La brutale et constante répression de manifestants non armés et paisibles par l’armée de Myanmar est une atrocité horrifiante qui doit prendre fin. L’Internationale Socialiste est consternée par les attaques systématiques contre les civils perpétrées par les forces de sécurité qui assassinent les manifestants dans la rue et chez eux, et qui font appel à l’agression, à la torture et aux détentions massives dans des conditions inhumaines pour tenter de réprimer le soulèvement. Le courage inébranlable dont font preuve tous ceux qui manifestent au Myanmar en dépit du grave danger pour leur vie est une source de grave inquiétude mais aussi d’inspiration pour les démocrates du monde entier, et l’IS réaffirme sa totale solidarité avec ceux qui risquent tout pour défendre le régime civil, la démocratie et les droits humains au Myanmar.

Le nombre de victimes depuis le coup d’État a tragiquement dépassé cinq cent au cours des derniers jours et continue d’augmenter, avec notamment plus de cent personnes ayant trouvé la mort en une seule journée, le samedi 26 mars. Parmi les victimes on compte plusieurs jeunes enfants et adolescents dont la vie a été écourtée dans des circonstances tragiques alors que bien d'autres ayant perdu des parents, amis, proches et mentors ont été exposés à des événements déchirants et traumatisants qui laisseront de profondes cicatrices émotionnelles et psychologiques. Le meurtre délibéré d’hommes, femmes et enfants avec des tirs à munitions réelles visant la tête et le thorax est une parodie des droits humains et un acte profondément criminel. Depuis trop longtemps l’armée du Myanmar a pu agir en toute impunité. Elle continuera à le faire tant que les auteurs de ces actes criminels et ceux qui ont ordonné le recours à la force mortelle contre les manifestants ne seront pas tenus responsables, ainsi que les auteurs de crimes antérieurs, y compris les atrocités commises contre les Rohingya et d’autres minorités.

La communauté internationale a massivement réagi avec choc, horreur et colère face aux massacres qui se déroulent au Myanmar, mais cette condamnation généralisée assortie de sanctions n’a pas suffi pour mettre un terme à ce carnage. L’État du Myanmar, actuellement sous le contrôle illégitime de la junte militaire, manque à sa responsabilité de protection de son peuple contre les atrocités et est également directement responsable de ces actes inadmissibles. Il incombe donc à la communauté internationale d’agir conformément à la Charte des Nations Unies pour protéger les populations civiles, avec la coopération de partenaires régionaux comme l'Association des nations de l'Asie du Sud-Est (ASEAN). Les voisins du Myanmar doivent être prêts à offrir une assistance humanitaire à ceux qui fuient la terreur qui règne dans leur pays en accueillant ceux qui cherchent l’asile devant la violence indiscriminée contre les civils.

Même si la préoccupation la plus pressante est un arrêt immédiat de la violence et des pertes humaines au Myanmar, comme l’a déjà demandé instamment l’IS, il est également impératif pour l’avenir du pays de respecter le résultat des élections démocratiques de novembre 2020 et de rétablir le gouvernement choisi par le peuple. Les tragiques événements des deux derniers mois nous rappellent à nouveau le besoin urgent de réforme au Myanmar afin de limiter le pouvoir de l’armée qui a une fois de plus démontré qu’elle était prête à faire appel à la force pour renverser rapidement et faire échouer la progression régulière accomplie en direction de la démocratie depuis quelques années. Il reste évident qu’une transformation plus profonde est nécessaire pour briser l’emprise que conserve le leadership militaire sur le pays, assurer la responsabilité et garantir les droits de l’opposition politique, autant d’étapes nécessaires pour que Myanmar puisse réaliser sa transition tant attendue vers la pleine démocratie, avec des droits égaux pour tous les citoyens quelle que soit leur religion ou leur ethnie.

You are currently offline. Some pages or content may fail to load.