Guinée équatoriale : l’Internationale Socialiste exige une démocratie réellement pluraliste

13 mai 2008

Au cours des récentes élections parlementaires et municipales qui se sont déroulées le 4 mai en Guinée Equatoriale, la Convergence pour la démocratie sociale, CPDS, principale force d’opposition et membre de l’Internationale Socialiste, a encore une fois été obligée de participer à un processus électoral marqué par l’emploi des fonds et des médias publics pour mener la campagne du parti au pouvoir, le Parti démocratique de Guinée Equatoriale, PDGE ; par le refus de l’accès de la presse internationale ; par l’instauration d’un climat de peur qui s’est propagé jusque dans les bureaux de vote le jour des élections ; par la diffamation des dirigeants de l’opposition au cours de la campagne électorale et l’agression physique de leurs partisans ; ainsi que par le signalement d’irrégularités électorales.

Le gouvernement de la Guinée Equatoriale a pris l’engagement devant les citoyens du pays et devant la communauté internationale d’œuvrer pour le développement de la démocratie pluraliste.Cependant, ces élections démontrent que le pays est encore bien loin de cette réalité.La paix sociale et la stabilité sont le fruit d’élections libres, justes et transparentes et on doit rappeler au gouvernement de Guinée Equatoriale ses obligations en matière de respect des droits politiques, démocratiques et humains de ses citoyens.

L’Internationale Socialiste réaffirme une fois de plus sa solidarité et son soutien envers les dirigeants et membres de la Convergence pour la démocratie sociale alors qu’ils poursuivent leurs efforts déterminés pour créer une gouvernance démocratique dans leur pays.

 

Déclaration émise par l'Internationale Socialiste, 13 mai 2008