La Guinée dans les rangs des gouvernements socialistes

22 décembre 2010

Alpha Condé, nouveau président élu de la République de Guinée, a été investi le 21 décembre dernier au Palais du Peuple à Conakry devant des chefs de gouvernements africains, leaders de partis africains, personnalités et invités, parmi lesquels le Secrétaire général de l’Internationale Socialiste.

Lors des premières élections libres et démocratiques dans l’histoire de la Guinée, après un demi-siècle passé sous des régimes autoritaires et des coups d’Etats militaires, le leader du Rassemblement du peuple de Guinée, RPG, membre de l’Internationale Socialiste depuis 1999, a gagné le deuxième tour des élections et est devenu le premier président élu démocratiquement depuis l’indépendance du pays en 1958, prêt à tourner la page de l’histoire de la Guinée.

Le chemin vers la liberté et la démocratie a été dur et long pour Alpha Condé, «l’opposant historique», et son peuple. Il a affronté tous les régimes, de Sékou Touré qui l’a condamné à mort par contumace en 1970, ce qui l’a obligé à rester en exil pendant plusieurs années, à Lansana Conté qui l’a arrêté en 1998 immédiatement après les élections où Alpha Condé avait été candidat, l’accusant de préparer une rébellion pour déstabiliser le pays. Condamné à cinq ans de prison, il a finalement été libéré en 2001 après des protestations répétées de l’Internationale Socialiste et des pressions exercées par la communauté internationale, sous condition de s’abstenir de toute activité politique.

Après sa libération en 2001, il a déclaré que comme Mandela il fallait pardonner mais ne pas oublier. Il reste en opposition et en 2008, suite à la mort de Conté et le coup d’Etat de la junte militaire, exige des élections libres et démocratiques qui auront finalement lieu en 2010 marquant la fin de l’autoritarisme en Guinée.

 

You are currently offline. Some pages or content may fail to load.