Décision du Parlement européen sur la TTF

4 juillet 2013

L’adoption par le Parlement européen, avec une large majorité, du rapport d’Anny Podimata, députée européenne et vice-présidente du Parlement européen, pour la mise en place d’une taxe sur les transactions financières (TTF) par 11 Etats membres de l'UE dans le cadre de la coopération renforcée, est une importante étape supplémentaire dans la bonne direction.

A travers cette décision, les efforts persistants et concertés de l’Internationale Socialiste et de nombreuses forces démocratiques et progressistes en Europe et à travers le monde ont également été récompensés.

A présent, cet effort doit continuer, visant:

Premièrement, les leaders des pays de l’UE, afin que le Conseil européen prenne le plus vite possible une décision finale sur la mise en œuvre immédiate de la mesure, au moins dans les 11 pays UE qui l’ont adoptée, et bientôt, espérons-le, dans tous les Etats membres.

Deuxièmement, tous les leaders, au-delà de l’UE, ainsi que le G20, afin de promouvoir la mesure au niveau mondial.

Il est du devoir de toutes les forces démocratiques et progressistes de continuer à soutenir cette initiative à travers le monde, afin de défendre l’intérêt public et de restaurer un sentiment de justice sociale.

Je note, une fois de plus, qu’il s’agit d’une des rares décisions prises par l’UE durant la crise de la dette souveraine ayant un caractère social. La mise en œuvre de cette mesure aura un nombre de conséquences positives pour tous les citoyens de l’UE pour les raisons suivantes:
 

  • Elle vise particulièrement les spéculateurs, dont l’avidité a eu un impact catastrophique sur nos économies et la vie de nos citoyens.
  • Elle cible le secteur financier, qui demeure insuffisamment réglementé dans un cadre mondial fragmenté.
  • Elle crée l’opportunité de réparer certaines injustices créées par le secteur financier qui bien que responsable de la crise, a profité de ses conséquences.
  • Elle lèvera des fonds pour aider à réduire les déficits des Etats membres de l’UE d’une manière socialement plus équitable.
  • Elle contribuera à restaurer le rôle approprié du secteur financier, qui est de financer et faciliter l’économie réelle.

 

En grande partie, la décision du Parlement européen est une réussite en accord avec l’un des nos objectifs principaux de l’agenda que nous déterminons et poursuivons ensemble, les partis membres de l’Internationale Socialiste: une réglementation plus stricte et la surveillance des transactions financières et des paradis fiscaux.

M’attendant à ce que les procédures nécessaires dans l’UE soient mises en œuvre sous peu, j’exhorte plus de pays et d’institutions à contribuer aux efforts pour adopter cette mesure au niveau international pour le bénéfice des économies nationales et des citoyens du monde entier.

 

George A. Papandreou
Président de l’Internationale Socialiste

 

You are currently offline. Some pages or content may fail to load.