Réunion du Conseil de l'IS à Saint Domingue

28-29 janvier 2019

Les représentants des partis membres de l'Internationale Socialiste du monde entier et les invités se sont rassemblés à Saint-Domingue les 28 et 29 janvier à l'occasion du Conseil de l'IS, accueilli par le Parti révolutionnaire dominicain (PRD), le parti membre de l'IS en République dominicaine. L'ordre du jour de la réunion s'est articulé autour de trois grands thèmes : promouvoir le multilatéralisme pour assurer la paix, le développement durable, pour cibler la pauvreté, parvenir à plus d’égalité et garantir un monde plus solidaire ; défendre les droits et les libertés contre l’intolérance, la discrimination, la xénophobie et le populisme ; et protéger nos démocraties contre les nouvelles menaces – le discrédit délibéré des institutions démocratiques et de la presse, les fake news, les cyberattaques et la technologie invasive.

Au nom du parti hôte, Miguel Vargas, le vice-président de l'IS, leader du PRD et ministre des Affaires étrangères de la République dominicaine, a souhaité la bienvenue aux délégués à Saint-Domingue. Il a souligné l'importance des travaux de l'IS pour accomplir les tâches communes qui incombent à l’ensemble de ses partis membres et identifier les approches multilatérales aux trois grands défis auxquels le monde d'aujourd'hui est confronté qui sont, selon lui, le renforcement de la démocratie, la lutte contre les changements climatiques et la réduction des inégalités. Il a par ailleurs rappelé que la contribution de la social-démocratie à cet égard est substantielle.

Dans son discours liminaire, Luis Ayala est revenu sur la longue histoire de coopération qui lie l'IS et le PRD, établie par José Francisco Peña Gómez. Il s'est dit satisfait des résultats positifs de l'accord pour un gouvernement d'unité nationale, qu'il a signé en tant que témoin et au nom de l'IS en 2015. Le secrétaire général de l'IS a présenté le multilatéralisme comme un élément clé pour atteindre la paix, considérant que l'IS a plus que jamais besoin d'affronter et de contrer le populisme et la xénophobie, armé de ses principes et idéaux afin d'assurer qu'une vision du monde différente l'emporte.

Le président de l'IS, George Papandreou, a également fait mention de l'importance toute particulière de la République dominicaine pour l'IS, félicitant le PRD pour son 80e anniversaire et les progrès réalisés dans le pays ces dernières années. Il s’est souvenu de sa dernière visite sur l’île en pleine crise financière, dont les leçons n'ont pas été apprises par la communauté internationale, comme le prouvent la souffrance des classes ouvrière et moyenne et les inégalités croissantes. Il appelle à plus de coopération, de démocratie et de solidarité pour humaniser la mondialisation.

La séance inaugurale du Conseil s'est ensuite ouverte sur le discours du président dominicain, Danilo Medina, qui a noté que bien que son parti ne soit pas membre de l'IS, la trajectoire de l'organisation demeure une référence pour tous les partis progressistes. Il s'est exprimé sur le besoin de faire preuve de vigilance pour défendre les accomplissements des dernières décennies, y compris les avancées démocratiques, à une époque où la méfiance envers les institutions s'est propagée, de même que les menaces sur fond de propagande. Selon lui, toutes et tous subiront les effets des thèmes inscrits à l'ordre du jour, au-delà des frontières nationales, avant de déclarer avoir bon espoir que le Conseil sera fructueux pour tous les participants.

Concernant le premier thème principal sur le multilatéralisme, des contributions ont été apportées par les délégués issus de différents pays et continents, unis par la confiance accordée à l’utilité du multilatéralisme pour répondre à l’enjeu de la paix et du développement durable et garantir un monde plus solidaire. L’intérêt d’une approche multilatérale à la question de la paix était au cœur de nombreux discours prononcés par les délégués, et a été repris dans les déclarations et résolutions adoptées par la suite par le Conseil, notamment celles sur la Palestine et la solution des deux Étatsle Sahara occidental et la menace de conflit nucléaire. La déclaration sur la Palestine, rédigée en coordination avec les délégations israélienne et palestinienne au Conseil, est en elle-même un exemple de l'intérêt de la coopération mutuelle sur les questions de paix et de résolution de conflit.

De nombreuses personnes ayant participé aux discussions ont pris note des récents événements au Venezuela, et du mépris actuel du régime au pouvoir pour le processus démocratique. Après avoir entendu le point de vue des délégués vénézuéliens, et le soutien témoigné aux forces démocratiques du Venezuela par les partis de la région et du monde entier, le Conseil a adopté une déclaration sur le Venezuela dans laquelle il appelle à un règlement pacifique de la crise et à la convocation de toute urgence d'élections libres et justes dans le pays.

La récente montée en puissance du populisme, assortie d'une intolérance, discrimination et xénophobie rampantes, a fait l'objet de discussions inquiètes entre les délégués qui ont insisté sur le rôle capital de la social-démocratie pour offrir une alternative à cette vision du monde simpliste et clivante. Il est important de réduire les inégalités, de donner plus de chance et d'amorcer une croissance durable qui profite à tous les citoyens, tel que rappelé dans une déclaration sur ce thème.

Plusieurs orateurs ont souligné que la tenue du Conseil quelques jours après la Journée internationale dédiée à la mémoire des victimes de l’Holocauste est l'occasion de rappeler à tous les délégués les horreurs provoquées par la xénophobie, l'intolérance et le totalitarisme. Le ressenti de toutes les personnes présentes est exprimé dans une Résolution sur la mémoire de l'Holocauste.

Pendant de nombreuses décennies, l'IS a été à l'avant-garde de la lutte pour garantir, faire avancer, consolider et défendre la démocratie dans le monde entier, et les discussions sur le troisième thème se sont concentrées sur la manière de relever les nombreux nouveaux défis qui pèsent sur la démocratie et ses institutions à l'ère du numérique. Ces préoccupations sont au cœur d'une Déclaration sur la protection de nos démocraties contre les nouvelles menaces. Le Conseil a également adopté plusieurs déclarations relatives à des questions nationales spécifiques abordées par les partis membres, notamment les déclarations sur la BoliviePuerto Rico et le peuple kurde.

Le discours de clôture du Conseil a été prononcé par Pedro Sánchez, président du gouvernement espagnol, leader du PSOE et vice-président de l'IS, déclarant qu'il revient aux socialistes de défendre la liberté et les faibles. Il a insisté sur le fait que les citoyens du Venezuela et du Nicaragua doivent savoir que leurs gouvernements ne sont pas socialistes, puisqu'il ne peut y avoir de socialisme sans liberté. L'IS et ses membres représentent les créateurs d'idées qui changeront le monde, rejetant les politiques conservatrices, populistes et nationalistes qui prônent les inégalités, les privilèges et l'exclusion, en apportant la réconciliation, la démocratie, le progrès et la dignité.

Maurice Poler (AD, Venezuela), coprésident du Comité d'administration et des finances (SIFAC), a présenté les derniers comptes vérifiés de l'Internationale et son budget pour 2019. Il a rappelé que les arriérés de paiement des cotisations ont pesé lourdement sur la capacité de l'organisation à déployer son programme d'activités et que le paiement des cotisations est une obligation statutaire.

Le rapport du Comité éthique de l'IS, remis par sa présidente Arianne Fontenelle (PS, Belgique), contient plusieurs propositions relatives à l'adhésion à l'IS. Le Comité estime que l'adhésion de plein droit du Parti social-démocrate des Philippines doit être rétablie et recommande également d'accorder l'adhésion de plein droit à l'UDPS (RD Congo) ainsi que l'adhésion en tant que membre consultatif au PALU (RD Congo) et MRD (Djibouti). Le Comité a par ailleurs rejeté plusieurs demandes d'adhésion. Les décisions relatives à l’adhésion ont été approuvées par le Conseil. Du fait de graves violations des droits de l’homme et des valeurs démocratiques commises par le gouvernement du Nicaragua, le Comité a voté l'expulsion de l'IS du parti au pouvoir, le FSNL ; décision confirmée par le vote du Conseil.

L'IS a également organisé la première réunion de son Comité pour l'égalité des genres le 28 janvier à Saint-Domingue, coprésidée par les présidents de l'IS et de l'ISF. Le Comité a adopté un plan d'action prévoyant une série de décisions dont l'objectif est d'atteindre la parité hommes-femmes au sein de ses structures, et d'encourager ses partis membres à promouvoir la parité.

Intervenants, Participants, Couverture de presse

Rapport sur les Activités et déclarations depuis le dernier Conseil

Autres réunions du conseil

Saint Domingue, 28-29 janvier 2019
Genève, 26-27 juin 2018
Barcelone, Espagne, 24-25 novembre 2017
New York, 11-12 juillet 2017 
Carthagène*, 2-4 mars 2017
Genève, 1-2 Juillet 2016
Luanda, Angola, 27-28 novembre 2015
New York, 6-7 juillet 2015 
Genève, 12-13 décembre 2014
Mexico, 30 juin - 1 juillet 2014
Istanbul, 11-12 novembre 2013
Cascais, Portugal, 4-5 février 2013

Le Cap* 30 août - 1 septembre 2012
San José, Costa Rica, 23-24 janvier 2012
Athènes, 1-2 juillet 2011
Paris, 15-16 novembre 2010
New York 21-22 juin 2010 
Saint Domingue, 23-24 novembre 2009
Montenegro, 29-30 juin 2009
Vallarta, 17-18 novembre 2008
Athènes*, 30 juin - 2 juillet 2008
Genève, 29-30 juin 2007
Santiago, 6-7 novembre 2006
Athènes, 30-31 janvier 2006
Tel Aviv et Ramallah, 23-24 mai 2005
Johannesburg, 15-16 novembre 2004
Madrid, 7-8 février 2004
São Paulo*, 26 octobre 2003
Rome, 20-21 janvier 2003
Casablanca, 31 mai - 1 juin 2002
Saint-Domingue, 26-27 novembre 2001
Lisbonne, 29-30 juin 2001
Maputo, 10-11 novembre 2000
Bruxelles, 10-11 avril 2000 
Paris*, 7 novembre 1998
Buenos Aires, 25-26 juin 1999
Genève, 23-24 novembre 1998
Oslo, 18-19 mai 1998
New Delhi, 10-11 novembre 1997
Rome, 21-22 janvier 1997
New York*, 8 septembre 1996
Bruxelles, 7-8 décembre 1995
Le Cap, 10-11 juillet 1995
Budapest, 2-3 décembre 1994
Tokyo, 10-11 mai 1994
Lisbonne, 6-7 octobre 1993
Athènes, 9-10 février 1993
Berlin*, 15-17 septembre 1992
Santiago, 26-27 novembre 1991
Istanbul, 11-12 juin 1991
New York, 8-9 octobre 1990
Caire, 22-23 mai 1990
Genève, 23-24 novembre 1989
Stockholm* 2-0-22 juin 1989
Madrid, 11-12 mai 1988
Dakar, 15-16 octobre 1987
Rome, 8-9 avril 1987

*À la veille du Congrès

You are currently offline. Some pages or content may fail to load.