Résolution sur l'Irak

CONSEIL DE ROME - Pour une société mondiale plus équitable, 20-21 janvier 2003

 

« EMPECHER LA GUERRE »

Le monde vit sous la menace de la guerre, et cette menace fait naître la peur dans le monde entier. L’Internationale Socialiste réaffirme que la guerre n’est pas inévitable. Nous devons faire tout ce qu’il nous est possible pour éviter la guerre: nous devons donner une chance à la paix.

Nous soutenons donc sans réserve le Secrétaire général de l’ONU dans ses efforts, en collaboration avec les membres du Conseil de sécurité, pour que les inspections en désarmement organisées par l’ONU soient menées à bien, et pour continuer à faire en sorte que toutes les conditions nécessaires à leur succès soient respectées ; et pour que l’ONU assume ses responsabilités en accord avec les déclarations de Kofi Annan.

L’Internationale Socialiste :

- souligne que l’objectif est d’obtenir la destruction totale des armes de destruction massive de l’Iraq, qu’elles soient chimiques, bactériologiques, radiologiques ou nucléaires, afin de supprimer toute menace pesant sur le peuple iraquien et la région. Même si elles apparaissent de manière résiduelle, c’est sous le contrôle des inspecteurs que leur destruction doit être organisée. Les inspecteurs en désarmement de l’ONU doivent disposer de tout le temps dont ils ont besoin. Si nécessaire, ils doivent être institués de façon permanente ;

- considère que la Résolution 1441 du Conseil de sécurité de l’ONU n’autorise pas le recours automatique à la force. Toute décision doit provenir du Conseil de sécurité, après une évaluation détaillée de la situation et sur les bases d’une nouvelle résolution. Dans les circonstances présentes nous devons poursuivre la logique politique et diplomatique de l’ONU, au lieu de la logique de guerre;

- exprime son opposition à toute action militaire unilatérale et est convaincue qu’une frappe préventive enfreindrait le droit international et pourrait en outre faire éclater la coalition internationale contre le terrorisme et mener à une crise plus grave qui mettrait en jeu d’autres pays de cette région du monde. Tout doit être fait pour éviter une action militaire ;

- exprime une fois de plus sa solidarité et son soutien aux forces qui luttent pour le changement démocratique et pacifique en Iraq ;

- exprime son inquiétude quant à la situation humanitaire actuelle, qui touche tout particulièrement les femmes et les enfants ;

- continuera d’appliquer la résolution de Casablanca qui souligne les étapes constructives du travail des partis membres de l’IS pour une solution pacifique ;

- l’Internationale Socialiste considère que la meilleure façon d’atteindre la paix au Moyen-Orient est de mettre un terme et s’opposer à la violence. A cet égard, elle lance un appel à l’Autorité palestinienne afin qu’elle s’engage sans réserve à empêcher et combattre toutes les attaques contre la population civile israélienne, et demande à Israël de mettre un terme à l’usage de la force contre les populations palestiniennes ainsi que de stopper les activités d’implémentation dans les territoires palestiniens. Ceux qui pensent que la paix peut être possible sans offrir une vision claire pour l’avenir du peuple palestinien et l’Etat auquel il a droit, se voilent la face. L’IS souhaite voir cet Etat totalement démocratique coexister avec l’Etat d’Israël et avec les pleines garanties pour la sécurité des deux parties ;

- exprime son soutien aux efforts de paix israélo-palestiniens pour un retour aux négociations et pour lutter contre le terrorisme et ses motivations ;

- lance un appel au Quartet pour qu’il mette le calendrier de la question israélo-palestinienne à l’ordre du jour immédiatement après les élections prochaines en Israël, et pour exiger son adoption par les parties.

Le recours à la force pour assurer ou faire respecter la paix doit intervenir non pas à l’issue d’une décision unilatérale des grandes puissances mais dans le respect du droit international et à la demande, ou en tout cas avec l’autorisation expresse, du Conseil de sécurité des Nations Unies. Cet organisme, tant imparfait soit-il, est le seul à posséder la légitimité nécessaire pour prendre des décisions au nom de la communauté internationale. C’est dans cette optique que nous examinons les développements récents des crises en Iraq et en Corée du Nord. Nous désirons réaffirmer notre conviction comme quoi les solutions militaires doivent toujours être le dernier recours dans la recherche d’une paix juste, lorsque toutes les autres avenues politiques et diplomatiques ont été épuisées, et notre conviction comme quoi la communauté internationale et ses organes représentatifs légitimes doivent prendre leurs décisions à partir de critères clairs et sans aucune trace d’opportunisme politique ou économique. Parallèlement, nous ne pouvons pas permettre que la communauté internationale soit l’otage d’un seul Etat. C’est le seul moyen de maintenir la confiance dans les institutions qui régissent les relations internationales.

L’Internationale Socialiste confirme qu’elle s’est engagée à relancer une approche multilatérale dans les relations internationales et considère que le respect du rôle de l’ONU et de ses organes est le meilleur moyen de renforcer cette perspective.

 

You are currently offline. Some pages or content may fail to load.