Déclaration concernant la résolution de conflits

Réunion du Conseil aux Nations Unies à Genève, 12-13 décembre 2014

Original : anglais

Avec pour thème principal la paix et la sécurité internationales, la résolution de conflits et la lutte contre le terrorisme, le Conseil de l’Internationale Socialiste s’est réuni les 12 et 14 décembre 2014 au siège des Nations unies à Genève. Des représentants de divers pays du monde en ce moment même en conflit sont venus pour présenter leurs points de vue.

La démocratie sociale est née d’un mouvement pour la paix, qui est un prérequis fondamental au progrès et à la prospérité humains. La sécurité, la liberté et la prospérité futures de l’humanité dépendent de la primauté de la paix, du respect du droit international et de la résolution pacifique des conflits. Le conflit armé et la destruction de la vie vont à l’encontre de toutes les valeurs de notre mouvement. En tant que sociaux-­‐démocrates, nous devons fournir des efforts concertés dans le domaine de la prévention des conflits, afin de nous assurer que les désaccords et différends soient réglés de manière politique plutôt que la confrontation. Une des mesures préventives consiste à remettre en question les structures du pouvoir et la culture militaire qui ouvrent la voie aux conflits.

Les solutions trouvées aux conflits actifs de par le monde requièrent un système fonctionnel de gouvernance mondiale qui remplace les relations de pouvoir opaques qui ont permis aux conflits d’émerger. Les solutions aux conflits doivent émaner d’une volonté politique et être traitées sous une perspective politique. Le monde actuel est multipolaire et requiert des solutions multilatérales. À l’heure d’une insécurité mondiale croissante, le rôle des Nations unies est crucial dans la promotion des valeurs de solidarité, d’égalité, de développement durable et de justice, valeurs qui sont au cœur de notre mouvement mondial. Forte d’un partenariat solide avec les Nations unies, l’IS estime que des liens resserrés entre cette institution et les parlements, partis, acteurs politiques, ainsi que la société civile, sont essentiels.

Le niveau élevé de conflits en ce moment de par le monde a entraîné une augmentation croissante sans précédent du nombre de déplacés, ainsi qu’une crise humanitaire. Il y a de nombreux conflits actifs dans le monde aujourd’hui dont personne ne sort gagnant mais perdant, et nombre de ces perdants se retrouvent dans des conditions critiques. Le nombre et l’ampleur des conflits ont presque mené le système humanitaire à son point de rupture, résultant du manque de fonds pour l’aide alimentaire des personnes affectées par les conflits. Nous affirmons notre soutien envers les efforts de l’UNHCR, de l’aide humanitaire et des communautés qui se consacrent au développement. Nous demandons à tous de fournir l’assistance nécessaire pour pallier les drames humanitaires qui touchent actuellement de nombreuses régions du monde.

Dans ce contexte, le Conseil reconnaît l’importance du rôle des femmes dans la prévention et la résolution des conflits ainsi que dans la consolidation de la paix, et s’engage à mettre en œuvre la résolution 1325 des Nations unies, assurant ainsi la participation des femmes aux processus de paix et aux transitions en proposant une action affirmative aux décideurs politiques et ce à toutes les phases des conflits, de la prévention à la consolidation de la paix.

Enfin, l’IS est clairement convaincue que la lutte contre la violence et le terrorisme ne doit pas se traduire par une violation des droits de l’homme fondamentaux ni par l’érosion des libertés et institutions démocratiques. En effet, notre force réside dans la consolidation de nos institutions et valeurs démocratiques.

 

 

_______________

 

You are currently offline. Some pages or content may fail to load.