Résolution sur le Moyen-Orient

CONSEIL D'OSLO - Solidarité Globale, 18-19 mai 1998

Original: anglais

Le Conseil de l'Internationale Socialiste, réuni à Oslo les 18-19 mai 1998, ayant considéré les très graves conditions régnant au Moyen-Orient en conséquence de l'impasse dans laquelle se trouve le processus de paix:

Exprime sa profonde inquiétude devant l'impasse dans laquelle se trouvent toutes les voies du processus de paix, ce qui peut conduire à l'escalade de la violence;

Confirme sa ferme conviction que le processus de paix doit reposer sur les principes et les bases de la légitimité internationale tels que formulés dans les résolutions 242, 338 et 425 du Conseil de sécurité des Nations unies, ainsi que sur les principes arrêtés par la Conférence pour la paix de Madrid en 1991 et dans les Accord d'Oslo, et en tout premier lieu sur le principe de la terre contre la paix;

Réaffirme que ces principes et engagements, tendant à une paix permanente et stable, prévoient le retrait israélien des territoires palestiniens et d'autres territoires arabes occupés, permettant ainsi aux palestiniens d'exercer leur droit inaliénable à l'autodétermination et l'établissement d'un Etat palestinien indépendant, ainsi que le principe du respect du droit de tous les peuples de la région à vivre dans un climat de paix et de sécurité afin de consacrer leurs efforts à la construction et au développement de leur nation respective;

Soutient les efforts actuellement déployés par les Etats-Unis, l'UE, l'Egypte, la Norvège et d'autres pour aider les parties à exécuter leurs engagements, y compris le redéploiement, la libération des prisonniers, le passage en toute sécurité entre Gaza et la Cisjordanie, le fonctionnement de l'aéroport de Gaza et la construction du port de Gaza, conformément aux Accords d'Oslo, afin d'aborder les négociations sur un statut final qui permette de résoudre les problèmes relatifs à Jérusalem, aux implantations, aux réfugiés et aux frontières;

Réitère le fait qu'il incombe plus particulièrement à Israël de remettre le processus de paix sur les rails et invite instamment le gouvernement israélien à renoncer à ses mesures unilatérales, en particulier celles consistant en sanctions collectives, qui affaiblissent la confiance mutuelle, et à mettre immédiatement un terme à ses politiques d'implantation qui visent à établir une situation de fait accompli dans les territoires occupés.

Condamne le terrorisme, le meurtre de civils, hommes, femmes et enfants, dans les termes les plus durs. L'Autorité palestinienne ne doit épargner aucun effort aux fins de détruire le terrorrisme et d'isoler les terroristes. Le gouvernement israélien est également tenu de mettre fin aux activités extrémistes. Ce ne sont pas uniquement les vies humaines qui sont en jeu, mais le processus de paix lui-même;

Souligne l'importance d'accorder un soutien économique à l'Autorité palestinienne et d'étendre toute forme d'assistance au peuple palestinien afin d'améliorer ses conditions de vie;

Appelle l'Israël et la Syrie à reprendre les négociations sur le contentieux syrien en se basant sur les résolutions des Nations unies et les termes de référence de la Conférence de Madrid. La résolution 425 des Nations unies relative au contentieux avec le Liban devrait aussi être mise en application.

Réitère le fait que l'Union européenne, dans un continent avoisinant le Moyen-Orient - avec son potentiel politique et soutien économique actuel - devrait jouer un rôle accru dans la recherche de la paix.

Réaffirme sa conviction qu'aucune paix véritable et durable dans la région ne peut être établie sans que la question Kurde ne soit prise en compte. Il est par conséquent nécessaire pour la communauté internationale de se concentrer sur cette question et de faire pression sur les gouvernements concernés, afin de commencer des réformes démocratiques profondes et favoriser des solutions justes, pacifiques, négociées et politiques garantissant les droits légitimes des Kurdes à l'intérieur des frontières de chaque pays concerné.

Depuis Oslo, le berceau du premier Accord d'Oslo et de la Déclaration de principes, le Conseil de l'internationale Socialiste demande à la communauté internationale et à toutes les forces éprises de paix de vivifier et de consolider leurs efforts pour parvenir à l'instauration d'une paix durable au Moyen-Orient.

 

You are currently offline. Some pages or content may fail to load.