Résolution sur l'Algérie

CONSEIL DE NEW DELHI - La sociale démocratie et l'Asie aujourd'hui, 10-11 novembre 1997

Original: espagnol

1. L'Internationale Socialiste apporte son soutien au peuple algérien, une nation amie qui a accédé à l'indépendance au prix de grandes souffrances et qui a vécu, ces dernières années, une période de violence tragique, accompagnée de la perte de milliers de vies humaines.

2. L'IS condamne fermement cette terrible vague de violence, de mort et de violation des droits de la personne humaine, car la violence terroriste touche les couches les plus vulnérables de la société, les enfants, les femmes et les personnes âgées, et dont l'immense majorité de la population algérienne n'est qu'une victime innocente. L'Algérie est devenue une terre de martyrs qui aspire à la paix et à la liberté.

3. L'IS adopte une position de solidarité et de respect qui rejette toute ingérence dans les affaires internes, qui soutient activement la souveraineté de l'Etat, et qui, sur cette base, affirme solennellement que face à la tragédie algérienne, l'alternative n'est pas uniquement entre l'ingérence et le silence.

4. Il n'est ni possible ni juste de rester silencieux, indifferents et inactifs face à la situation en Algérie.

5. L'IS pense que les autorités algériennes possèdent en effet les moyens adéquats pour sortir le pays de cette spirale de violence, en parvenant à un accord avec toutes les forces religieuses, culturelles, sociales et politiques qui rejettent et condamnent la violence, dans le cadre des libertés fondamentales et du respect des droits de la personne humaine.

6. Cependant, ce processus d'accord et de coopération, conduisant vers les objectifs majoritairement partagés de paix, de démocratie et de progrès s'est révélé impossible jusqu'à présent, et on a vu apparaître des signes inquiétants de reprise de la violence et de retour en arrière dans l'établissement d'un système de libertés.

7. Les récentes manifestations de masse dans différentes villes algériennes démontrent qu'au delà de l'abîme des massacres et de la violence sans fin, il existe une société civile qui est engagée avec un courage extraordinaire dans la lutte pacifique, pour les principes sacrés de la paix, de la liberté et des droits de la personne humaine.

8. Ces manifestations se sont produites après des élections locales et régionales pendant lesquelles les preuves de fraudes ont été abondantes et flagrantes. Le pouvoir politique et militaire se tromperait s'il restait sourd aux revendications de la majorité du peuple algérien qui veut une paix accompagnée de démocratie et de liberté. Il se tromperait s'il répondait à toutes les demandes de la communauté internationale comme si elles constituaient des preuves d'ingérence. Il se tromperait s'il avait recours à des actions hostiles contre les secteurs qui rejettent la violence, comme cela a malheureusement été le cas avec la limitation des libertés fondamentales, la dissolution brutale des manifestations menées par les parlementaires, ou la condamnation et l'emprisonnement de journalistes.

9. La lutte contre le terrorisme ne suppose pas seulement des mesures militaires, mais elle exige aussi la crédibilité nationale et internationale, à travers des institutions transparentes, libres et légitimes, capables de rassembler et de mobiliser une large majorité nationale qui aspire à la paix et à la liberté, en tant qu'objectifs essentiels et comme garantie d'un futur stable, et du développement économique et social.

10. Nous demandons au gouvernement algérien d'écouter la voix des manifestants, des milliers de femmes, d'hommes et de jeunes qui sont descendus dans les rues des principales villes algériennes pour manifester contre la violence, pour la paix et la démocratie.

11. Nous lui demandons de choisir la voie du dialogue proposé par les leaders religieux, politiques et sociaux de la société algérienne et par l'ensemble de la communauté internationale.

12. Nous lui demandons de faire confiance à la société civile algérienne en libérant l'expression et l'information et en permettant à ces hommes et femmes qui s'opposent à la violence de s'exprimer et d'agir librement. L'IS demande en particulier une véritable et totale liberté d'expression et de la presse.

13. Nous lui demandons d'ouvrir un dialogue politique avec toutes les forces culturelles, sociales et politiques qui rejettent la violence et le terrorisme, dans le but d'établir une unité nationale autour d'un programme pour parvenir à la paix.

14. Nous demandons une vérification scrupuleuse des allégations concernant les fraudes électorales survenues après les élections du 23 octobre.

15. Les massacres, et en particulier les terribles meurtres survenus ces derniers mois doivent être éclaircis, et nous en appelons à cette fin au Parlement, à la société civile algérienne et à la communauté internationale.

16. Nous demandons aux Nations unies de faire tout ce qui est en leur pouvoir pour aider à une issue pacifique de la situation en Algérie.

17. Nous demandons à l'Union européenne qu'en respectant la Déclaration de Barcelone elle subordonne ses rapports avec l'Algérie à l'évolution de la situation concernant les libertés et les droits de la personne humaine dans ce pays.

18. Enfin, nous nous adressons aux forces politiques, sociales, culturelles et religieuses en Algérie, qui luttent pour la paix, la liberté et les droits de la personne humaine pour leur témoigner notre soutien et notre solidarité.

19. Leurs principes sont également nos principes: ferme rejet de l'usage de la violence pour obtenir le pouvoir et pour s'y maintenir, rejet de toute dictature et droit du peuple à constituer et à défendre ses institutions démocratiques; la garantie des libertés fondamentales, du pluralisme et de la séparation et de l'équilibre des pouvoirs; le respect de l'alternance politique par l'intermédiaire du suffrage universel; le respect et la défense des droits de la personne humaine, la primauté de la loi et des principes de l'Etat de droit.

20. A tous les secteurs religieux, culturels et sociaux qui luttent en Algérie pour la paix et la démocratie, à partir d'options diverses et dans le cadre d'un pluralisme nécessaire et légitime, et en particulier à notre parti membre le Front des Forces Socialistes, FFS, nous disons, de tous les coins du monde: vous n'êtes pas seuls dans votre combat.

21. Nous sommes sûrs que votre action, difficile et héroïque, portera ses fruits jusqu'à ce qu'une Algérie en paix, prospère, et libre devienne une réalité.

 

You are currently offline. Some pages or content may fail to load.