Résolution sur le Moyen-Orient

CONSEIL DE LISBONNE - 50ème anniversaire de l’Internationale Socialiste, 29-30 juin 2001

L’Internationale Socialiste, qui compte parmi ses membres le Parti Travailliste et le Meretz en Israel, et le Fatah en Palestine, s’est engagée depuis de très longues années dans une action continue pour la paix par le dialogue, notamment à travers son Comité Moyen-Orient (SIMEC), aujourd’hui présidé par Thorbjørn Jagland, jouant ainsi un rôle pionnier au niveau mondial.

Devant la situation dramatique qui règne depuis quelques mois au Moyen-Orient, l’IS a pris une nouvelle initiative pour la paix et envoyé une mission conduite par François Hollande, au nom de l’Exécutif de l’IS, auprès des dirigeants de ses partis membres. Cette mission avait pour tâche d’examiner les conditions dans lesquelles le président Arafat et le ministre des Affaires étrangères Shimon Peres accepteraient de participer ensemble au Conseil de Lisbonne afin de renforcer les chances d’une reprise du dialogue pour préparer le retour aux négociations de paix.

Les conditions de cette reprise du dialogue sont énoncées dans le rapport Mitchell auquel l’IS apporte son plein soutien. La participation de personnalités européennes aux travaux de cette commission a sans aucun doute contribué à son succès et est un acquis pour l’avenir.

Il est légitime pour le peuple israélien comme pour le peuple palestinien de béneficier d’une pleine sécurité, dont l’évaluation doit pouvoir être garantie. Une pleine et entière sécurité ne peut néanmoins être consolidée que si, dans des délais rapides, l’ensemble des exigences énoncées par le rapport Mitchell trouvent leur concrétisation, y compris la fin de la violence, le gel total des colonies et l’arrête de toute incitation.

L’Internationale Socialiste considère que la reprise urgente du dialogue est la condition première du rétablissement de la paix. L’IS salue également la volonté manifestée ce jour par le Fatah, le Parti Travailliste et le Meretz d’avoir choisi le cadre et les valeurs de l’Internationale pour amorcer cette relation.

L’IS entend prendre sa part aux efforts de tous pour une paix juste et durable. A cette fin, l’IS décide de mettre en place un groupe de contact permanent dont les membres sont François Hollande, premier secrétaire du Parti Socialiste Français et membre de l’Executif de l’IS, Thorbjørn Jagland, président du Parti Travailliste de Norvège et président du Comité Moyen-Orient (SIMEC), et Luis Ayala, secrétaire général de l’Internationale, pour soutenir le dialogue et les négotiations.

L’IS réaffirme à nouveau sa conviction qu’une paix juste, durable et globale ne peut s’établir que sur la base du respect de la légalité internationale et des résolutions 242 et 338 du Conseil de Sécurité de l’ONU, résumées par le principe de l’échange de la terre contre la paix. Cette paix doit impérativement garantir la sécurité pour tous, et contribuer fortement au développement économique et social nécessaire à tous les peuples de la région. Elle ne peut se concevoir sans l’établissement d’un Etat palestinien souverain et viable.

 

You are currently offline. Some pages or content may fail to load.