Résolution sur la Syrie

Réunion du Conseil de l'IS à Istanbul, en Turquie, Turquie 11-12 novembre 2013

original: anglais

Le Conseil de l’Internationale Socialiste s’est réuni à Istanbul le 11-12 novembre 2013, où des discussions ont eu lieu sur la grave situation en Syrie sous le premier thème de l’ordre de jour: «Les crises actuelles liées aux luttes pour la démocratie, notamment au Moyen-Orient et en Afrique du Nord et les conflits qui menacent la paix et la sécurité dans cette partie du monde». L’IS qui dès le premier jour des soulèvements en Syrie a été aux côtés de ceux qui souhaitent amener la démocratie, les droits et libertés à ce pays, a également rappelé les déclarations précédentes du Conseil et Congrès de l’IS depuis l’éruption du conflit et a promis de donner la plus grande attention à sa résolution.

La tâche la plus urgente reste d’amener une fin à la guerre civile qui a couté la vie à plus de 100.000 Syriens. Tant que l’état de guerre, le désordre et l’anarchie existeront, les conditions pour tous les Syriens continueront de se détériorer et la tâche de reconstruire le pays deviendra de plus en plus difficile, faisant de cela la priorité absolue avant tous les autres points à cet instant.

L’Internationale réitère sa conviction absolue qu’une solution politique est le seul moyen d’amener une paix durable en Syrie. Le Conseil ainsi regrette d’apprendre un délai supplémentaire aux entretiens de paix de Genève II et appelle toutes les parties à retourner à la table des négociations. Une solution politique qui met en place un gouvernement de transition capable de mener le pays à la démocratie est une nécessité.

La fin de la guerre civile et la mise en place d’un gouvernement de transition sont les deux piliers sur lesquels un meilleur avenir pour la Syrie peut commencer à être bâti. Le Conseil de plus considère qu’un nombre d’actions vitales doivent être prises, pour à la fois soutenir la construction de ces piliers et pour soulager la souffrance de millions de personnes touchées par le conflit. Dans ce contexte le Conseil attache la plus grande importance à la préservation de l’héritage culturel de la Syrie.

L’IS appelle aux membres du Conseil de sécurité de l’ONU, en particulier aux cinq membres permanents, de donner un nouvel élan au processus politique. La confiance en la communauté internationale a été sérieusement endommagée par des mois d’inaction et son incapacité de protéger les Syriens ordinaires de la violence et du conflit. Une transition démocratique, appuyée par les Nations unies, ne serait non seulement la meilleure solution pour la Syrie mais contribuerait également à restaurer la confiance en le multilatéralisme, qui, comme le continue de croire l’Internationale Socialiste, est le seul moyen pour parvenir à des solutions et une paix durables.

Le plein soutien de la communauté internationale est également indispensable pour adresser la crise des réfugiés causée par la guerre civile. Selon l’UNHCR, le nombre de Syriens forcés à fuir le pays a dépassé le seuil de 2 millions de personnes le 2 septembre. En plus, des millions de gens à l’intérieur de la Syrie ont désespérément besoin d’aide, mais elle a ralenti à cause de l’augmentation de la violence. Le Conseil de l’IS appelle à une action internationale coordonnée pour garantir que les ressources sont disponibles pour ceux qui ont fui leur patrie, à la fois en tant que nécessité humanitaire et afin d’éviter de déstabiliser davantage les pays avoisinants, dont les plus touchés incluent le Liban, la Turquie, la Jordanie et l’Irak.

Malgré le flux continu d’armes et de soldats au-delà des frontières syriennes, il reste impossible pour l’aide humanitaire d’atteindre de manière efficace ceux dans le besoin. Le Conseil ainsi soutient les appels à l’adoption d’une résolution par le Conseil de sécurité de l’ONU obtenant l’accord de toutes les parties à garantir l’accès sécurisé, complet et sans entraves pour apporter de l’aide à travers tous les moyens appropriés et si jugé nécessaire par la création de couloirs humanitaires. La coopération entre les différents groupes armés qui luttent actuellement pour la suprématie est essentielle pour permettre l’aide humanitaire à arriver à destination et le Conseil appelle tous les combattants de tous les côtés de permettre l’aide humanitaire, y compris à travers des opérations transfrontalières au cas où l’apport urgent d’aide humanitaire s’avérait impossible au sein de la Syrie. Il est important de considérer également l’établissement d’un mécanisme de surveillance de la situation humanitaire réelle et la fourniture d’aide sans entrave. L’Internationale est convaincue qu’aucun groupe affirmant d’agir dans l’intérêt des Syriens ne peut s’opposer légitiment à une telle mesure.

Les mesures prises pour le démantèlement des armes chimiques de la Syrie doivent être vu avec prudence. Le 31 octobre, selon l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques, la Syrie avait détruit ou rendu inopérable tous ses sites de production ou de mélange d’armes chimiques déclarés, respectant un délai majeur dans ce programme de désarmement ambitieux. L’IS pense qu’il n’y a pas de place dans le monde pour de telles armes et que tous les pays qui ont des stocks d’armes chimiques devraient prendre des mesures pour les mettre hors d’usage. Ce programme de désarmement doit continuer et doit être mené à bonne conclusion. La facilité et la sécurité avec laquelle les inspecteurs des armes chimiques ont pu accomplir leur travail ces dernières semaines montre que si la volonté est présente, les conditions elles aussi peuvent être présentes pour fournir de l’aide humanitaire. Le retrait d’armes chimiques de Syrie en lui-même n’est pas suffisant pour mettre fin au conflit et à la souffrance dans ce pays, mais l’accord du Conseil de sécurité de l’ONU est un pas important qui pourrait aider à ouvrir la voie à une solution politique, sortant de l’impasse dans laquelle se trouvait l’ONU depuis deux ans et demi.

L’Internationale Socialiste condamne fortement la violence perpétrée par le régime contre le peuple de la Syrie. Toutefois, nous reconnaissons aujourd’hui que le moyen le plus immédiat pour venir en aide aux Syriens est de faire cesser la lutte par toutes les parties à travers tous les moyens nécessaires ainsi que la fourniture d’aide humanitaire, en conjonction avec la relance d’une diplomatie internationale pour ouvrir la voie à un gouvernement de transition qui peut commencer à construire la Syrie du futur.

Le Conseil de l’IS, extrêmement conscient de l’urgence de la situation, reconnaît le besoin d’une action immédiate. A cette fin, le Conseil exhorte:

  • Une fin à la guerre civile en Syrie et la cessation de toute hostilité de tous les côtés

  • La mise en place d’un gouvernement de transition pour ouvrir la voie à la démocratie

  • Le respect des droits et libertés de toutes les minorités en Syrie

  • Que les acteurs internationaux et tous les acteurs régionaux pertinents doivent coopérer immédiatement pour atteindre les objectifs ci-dessus

 

 

______________

 

 

You are currently offline. Some pages or content may fail to load.