Commission de l'Internationale Socialiste pour une Societe Durable

Conseil de Santiago - Gouvernabilité, énergie et changement climatique, nouveaux horizons pour la paix

6-7 Novembre 2006

Les changements capitaux qui se sont produits dans le monde durant les deux dernières décennies ont accru les opportunités pour faire avancer la cause de la liberté, de la démocratie et des droits de la personne. Cependant, malgré les attentes, les institutions mondiales dont le monde a tant besoin, et qui sont nécessaires en ces temps de changements pour surmonter les conflits, les divisions sociales et l’inégalité, n’ont pas encore émergé.

Au contraire, il faut faire face, dans différentes régions du monde, à des dilemmes politiques nouveaux et plus difficiles que jamais, ébranlant la viabilité des institutions politiques au niveau national, régional et mondial. Parallèlement, les conflits deviennent plus graves et de nouvelles menaces à la sécurité apparaissent, accompagnées par les effets de plus en plus néfastes du réchauffement global et du changement climatique sur la planète.

Afin de faire progresser la vision et la stratégie sociale-démocrate commune pour aborder les nouveaux défis politiques, sociaux et environnementaux d’aujourd’hui, l’Internationale Socialiste établira une Commission pour une société mondiale durable. Cet organe inclura à la fois des figures politiques de différentes parties du monde ainsi que des représentants éminents de la société civile, en tant que nouveaux acteurs à côté des partis politiques dans le processus politique démocratique et sa composition sera décidée suite à un accord du Présidium. La Commission présentera son rapport au prochain Congrès et son mandat ainsi que ses centres de travail seront triples :

1. Concevoir et mettre en avant des propositions pour des formes démocratiques de gouvernance mondiale, comme fondation pour construire une société mondiale durable et en paix partout;

2. Elaborer les moyens par lesquels les déséquilibres sociaux et l’inégalité économique peuvent être redressés par l’intermédiaire de nouvelles formes de gouvernance ;

3. Evaluer la menace du réchauffement de la planète et du changement climatique et développer une politique énergétique mondiale, comme élément fondamental de toute réponse à cette menace.

1. Concevoir et mettre en avant des propositions pour des formes démocratiques de gouvernance mondiale, comme fondation pour construire une société mondiale durable et en paix partout

Pour opérer la correction de trajectoire nécessaire à la construction d’une société mondiale durable, une volonté politique immense est requise, de même que de nouvelles formes de gouvernance indispensables pour obtenir une action coordonnée à tous les niveaux, en particulier entre les nations et les organismes internationaux.

La mise au point d’une stratégie pour la paix et la préservation mondiale, et l’établissement d’une machinerie gouvernementale et institutionnelle pour la mettre en œuvre, ne peut se produire que si l’on adopte l’idée d’une humanité commune et si l’on sensibilise, partout, la conscience des peuples en tant que citoyens du monde.

Les principes et valeurs constantes de l’Internationale Socialiste, sa croyance en un monde interdépendant et sa présence sur tous les continents en font la seule organisation politique capable de promouvoir avec succès un tel effort.

L’un des aspects essentiels de la réalisation d’une forme de gouvernance mondiale plus juste et plus efficace est la réforme des Nations Unies, et les Etats membres de l’ONU doivent redoubler d’efforts pour revitaliser et réorganiser cette institution indispensable, sur la base d’une interaction démocratique entre les nations et des réponses multilatérales plus fortes et plus coordonnées aux défis auxquels doit faire face le monde. La Commission de l’IS pour une société mondiale durable apporterait un nouveau sentiment d’urgence à cette tâche.

2. Elaborer les moyens par lesquels les déséquilibres sociaux et l’inégalité économique peuvent être redressés par l’intermédiaire de nouvelles formes de gouvernance 

L’une des principales tâches de la nouvelle gouvernance mondiale doit être d’assurer que les bénéfices de la croissance économique mondiale et les opportunités pour le développement économique soient distribués équitablement.

Trop de gens dans différentes régions du monde sont laissés de côté, exacerbant les divisions sociales, les différences culturelles et l’inégalité au sein et parmi les nations.

De nouvelles approches doivent inclure la pleine participation des femmes dans toutes les sphères — politiques, civiques, économiques et sociales — car elles souffrent le plus des inégalités et des conflits et, lorsqu’on leur en donne l’opportunité, elles contribuent le plus efficacement aux efforts pour obtenir la justice sociale, la paix et la sécurité.

L’un des centres d’attention également essentiels de la Commission sera la jeunesse, pour en particulier veiller à son développement par l’intermédiaire de l’éducation et des services médicaux, car c’est la plus jeune génération qui héritera de la tâche de maintenir la lutte pour réduire la pauvreté et d’assurer que la croissance économique se traduise en emplois dignes permettant véritablement une vie décente.

3. Evaluer la menace du réchauffement de la planète et du changement climatique et développer une politique énergétique mondiale, comme élément fondamental de toute réponse à cette menace

La question n’est plus de savoir si, mais quand, les effets catastrophiques du réchauffement global commenceront à contrôler la planète, altérant fondamentalement son climat et son environnement et affectant négativement la capacité de l’humanité à répondre à tous les problèmes et défis auxquels elle doit déjà faire face, et empirant ou rendant plus difficiles un grand nombre d’entre eux, que ce soit la pauvreté, les maladies, les crimes violents, les conflits armés, ou les droits de la personne, le développement économique, la migration des personnes et le désarmement.

La planète existe depuis des millions d’années mais la question est aujourd’hui de savoir si le comportement humain altèrera tant la planète, qu’éventuellement elle ne pourra plus soutenir la vie humaine, ou si l’humanité peut changer la direction à temps, pour préserver suffisamment la planète sous sa forme actuelle, et pour assurer un environnement viable pour les vies des futures générations d’êtres humains.

Etant donné le rôle connu de la combustion des combustibles fossiles dans le réchauffement de la planète ainsi que la forte augmentation du prix de ces combustibles, la promotion et l’amélioration de l’utilisation de sources d’énergies alternatives sont plus importantes que jamais pour s’opposer à la menace et obtenir un développement durable à long terme.

Pour répondre efficacement au défi climatique, et pour que les dégâts irréparables à l’environnement, déjà en cours, soient minimisés, le monde doit se diriger sans délai vers l’utilisation la plus importante possible des sources d’énergies renouvelables.

Développer un paradigme fondamentalement nouveau pour l’utilisation de l’énergie et restructurer l’économie mondiale en conséquence, nécessitera un leadership fort, expérimenté et durable, en combinaison avec le travail des meilleurs cerveaux de la communauté scientifique.

 

You are currently offline. Some pages or content may fail to load.