Declaration

Réunion des Leaders des Balkans membres de l'Internationale Socialiste, Tirana, 5 septembre 2003

Les leaders des partis de l’Internationale Socialiste de la région des Balkans, réunis à Tirana le 5 septembre 2003,

1. Considérant que les développements de la situation politique, tant au niveau européen que dans la région des Balkans sont en train d’ouvrir des opportunités historiques pour la paix, la stabilisation, la coopération et le développement pour tous les pays de la région :

- expriment leur plein soutien pour l’approfondissement du processus d’intégration européenne et considèrent que les conclusions de la Convention Européenne offrent un cadre plus avancé pour l’adoption d’une Constitution et pour renforcer la démocratie et l’efficacité dans l’action de l’Union européenne ;

- demandent que la Conférence Intergouvernementale qui s’ouvrira le prochain mois d’octobre approuve la Constitution proposée par la Convention, même en renforçant les méthodes démocratiques et les capacités de prise de décision de l’Union ;

- saluent les déclarations du Conseil Européen de Thessalonique, en ce qui concerne la réaffirmation du but à poursuivre pour que la Bulgarie et la Roumanie soient membres de l’UE à partir du 2007 ;

- soulignent l’importance de la Déclaration du Conseil Européen et les conclusions du Conseil du 16 juin 2003 qui, tout en adoptant l’''Agenda pour les Balkans Occidentaux'', réitèrent la détermination de soutenir pleinement et avec efficacité la perspective européenne des pays des Balkans de l’Ouest, qui seront partie intégrante de l’UE, une fois que les critères établis seront satisfaits, et font appel à l’Union européenne et aux pays balkaniques pour que ces objectifs soient atteints avant le 25ème anniversaire de la chute du Mur de Berlin ;

- réaffirment la nécessité de développer l’intégration des pays de la région dans les politiques et les programmes d’action de l’Union, en ce qui concerne les volets politiques, économiques, sociaux, culturels, etc. et demandent que des moyens financiers plus élevés soient engagés de la part de l’UE dans ce but ;

- considèrent qu’il est nécessaire, d’ors et déjà, de fixer une feuille de route claire vers l’adhésion à l’UE, pour tous les pays de la région et pour les autres pays candidats ;

- considèrent, plus en général, que l’avenir de la région des Balkans et celui de l’Europe toute entière sont stratégiquement liés et que la perspective certaine d’intégration dans l’UE des pays de la région est une nécessité historique et la condition pour la solution positive de ses problèmes.

2. Etant les partis de la famille socialiste, les protagonistes du choix européen et les forces les plus engagées pour la paix et la coopération parmi les pays et les peuples des Balkans, les leaders :

- se félicitent des progrès remarquables qui ont été achevés dans le domaine de la paix, de la sécurité et de la stabilisation des Balkans ;

- considèrent que ces résultats ont été possibles grâce à l’engagement des forces démocratiques des pays des Balkans et aussi grâce à la solidarité et l’action des institutions et des mouvements politiques des pays européens ;

- réaffirment qu’il faut néanmoins continuer sur la voie de la construction des systèmes démocratiques, de l’Etat de droit, de sociétés multiethniques et multiculturelles qui puissent garantir à tout citoyen ses droits et son identité ;

- considèrent fondamental d’intensifier la lutte contre toute forme d’illégalité, de violence, de corruption et de criminalité, et demandent qu’une plus forte coordination internationale soit mise en place en ce domaine ;

- demandent que toutes les mesures politiques, sociales, économiques et culturelles soient mises en place pour garantir le retour des réfugiés et des déplacés en leurs lieux d’origine et demandent une plus forte coordination régionale et internationale pour cet objectif ;

- s’engagent à tout mettre en œuvre pour garantir la pleine application des accords de paix pour la Macédoine et la Bosnie-Herzégovine, favoriser la transition démocratique et constitutionnelle en Serbie et Monténégro et encourager le dialogue politique parmi toutes les parties intéressées en ce qui concerne l’avenir du Kosovo ;

- affirment la nécessité de promouvoir un développement économique et social en mesure de faire face aux problèmes de la région et de ses citoyens et invitent les institutions européennes et internationales à intensifier la coopération économique, financière et technique ;

- soulignent que le besoin en matière de développement des infrastructures transnationales et des réseaux de communication au sein de la région et vers d’autres parties de l’Europe soit considéré par les pays des Balkans, l’Union européenne et les Institutions financières internationales, de façon coordonnée, comme une priorité et comme l’une des principales conditions du développement social et économique de la région ;

- soutiennent tout processus de coopération régionale afin de promouvoir les liens entre Etats et entre citoyens, seule voie pour surmonter définitivement tout conflit dans la région et pour garantir des solutions communes aux problèmes existants ;

- réaffirment la nécessité de renforcer la coopération et l’engagement commun des partis de la famille socialiste, comme voie pour donner plus de force aux valeurs de paix, de solidarité et de justice dans nos sociétés.

3. Les leaders des Balkans, membres de l’IS décident d’organiser une réunion similaire chaque année.

 

 

You are currently offline. Some pages or content may fail to load.