Conference de l'Internationale Socialiste: Construire la démocratie en Iraq - Œuvrer pour la paix au Moyen-Orient

18-19 juillet 2003

Des dirigeants et représentants d’une douzaine des principaux partis politiques iraquiens, qui regroupent différentes sensibilités et identités faisant partie de la culture et de la société iraquienne, ont participé à la Conférence de l’Internationale Socialiste, « Construire la démocratie en Iraq - Œuvrer pour la paix au Moyen-Orient » qui s’est déroulée à Rome les 18 et 19 juillet. Des leaders politiques et délégués israéliens et palestiniens étaient également présents pour aborder les développements actuels et des perspectives pour faire avancer le processus de paix dans la région. La conférence, accueillie par les Démocrates de Gauche, DS, dont la délégation était dirigée par leur secrétaire général, Piero Fassino et leur président Massimo D’Alema, ainsi que par les Socialistes Démocratiques Italiens, SDI, dirigés par leur président Enrico Boselli, était présidée par António Guterres, président de l’Internationale Socialiste.

Parmi les membres du Conseil du gouvernement iraquien présents à la Conférence, pour leur première activité internationale depuis l'établissement de cet organisme, se trouvaient Jalal Talabani, secrétaire général de l'Union Patriotique du Kurdistan, PUK ; Adnan Al-Pachachi, leader des Démocrates Indépendants Iraquiens ; Naseer Al-Chadirji, leader du Parti Démocratique National ; Hamid Majid Mousa, secrétaire général du Parti Communiste Iraquien ; Yonadam Y. Kanna, secrétaire général du Mouvement Démocratique Assyrien ; Ibrahim Al-Jafari, dirigeant du Parti Al Dawa et Samir Shakir Mahmoud Sumaiday, indépendant, ainsi que des représentants et délégués du Parti Démocratique du Kurdistan, KDP ; du Mouvement Socialiste Arabe ; du Conseil suprême pour la Révolution islamique en Iraq, SCIRI ; du Congrès National Iraquien ; du Parti Démocratique Assyrien ; du Parti Démocratique National Turkmène et du Parti de la Fraternité Turkmène. Sergio Vieira de Mello, représentant spécial pour l’Iraq auprès du Secrétaire-Général des Nations-Unies, a également transmis un message à la Conférence.

Le premier jour des débats a poursuivi le dialogue entamé par la mission de l’Internationale Socialiste à Bagdad au milieu du mois de juin et a été organisé en cinq panels différents couvrant quelques-uns des éléments essentiels de la construction de la démocratie en Iraq. Les réflexions du premier panel portaient sur  « De la dictature à la démocratie : créer les nouvelles institutions », celles du second sur « Garantir les droits de la personne et les libertés fondamentales à tous les iraquiens », celles du troisième sur « Participation de la société civile et des femmes dans le processus politique », celles du quatrième sur « Pour un avenir d’inclusion : reconnaître le pouvoir de décision des gens dans une société multiethnique, multireligieuse et multiculturelle » et celles du cinquième sur « Perspectives régionales et internationales pour le nouvel Iraq ». Les conclusions de la réunion, « Une stratégie pour un Iraq durable, démocratique, libre et uni » ont été présentées par Massimo D’Alema, président des DS. Débats des panels le 18 juillet

Les débats du deuxième jour de la Conférence, axés sur le thème « Œuvrer pour la paix au Moyen-Orient » ont été lancés par Piero Fassino, secrétaire général, DS, suivi par Thorbjørn Jagland, président du Comité de l’IS sur le Moyen-Orient (DNA, Norvège), et ont bénéficié de la participation de Shimon Pérès, président du Parti Travailliste d'Israël; Yossi Sarid, leader du Meretz et Nabil Shaat, ministre des Affaires étrangères de l’Autorité palestinienne, ainsi que de celle de représentants d’autres partis membres de l’Internationale Socialiste.

Les débats ont été structurés sous forme de panels, qui ont réfléchi aux thèmes suivants : « La voie pour atteindre la paix : la feuille de route », « Mettre en œuvre la paix dans les sociétés israélienne et palestinienne », « Faire progresser la paix et la coopération à travers la société civile et les communautés » , avec la contribution de maires et de leaders des autorités locales israéliens et palestiniens; et enfin « Promouvoir la paix : le rôle des acteurs régionaux et internationaux. » Les conclusions des débats de la journée se sont concentrées sur « Une stratégie pour promouvoir et assurer une paix durable entre les Israéliens et les Palestiniens ». Débats des panels le 19 juillet

 

You are currently offline. Some pages or content may fail to load.