Réunion du Comité de l’Internationale Socialiste sur les Migrations, Catane, Italie

21-22 Novembre 2014

Déclaration of Catania

Original : italienne

Le 21 et 22 novembre 2014, sur l’invitation du parti socialiste italien, l’Internationale Socialiste a réuni à Catane le Comité pour les Migrations.

À la réunion, présidée par le président des députés socialistes en Italie, Marco Di Lello, ont pris part le Secrétaire Général de l’Internationale Socialiste Luis Ayala, les délégués des partis socialistes et progressistes de l’Algérie, de l’Angola, de la Bulgarie, d’Espagne, de la Grèce, de l’Irak, d’Italie, du Mali, du Maroc, du Mexique, du Niger, de Palestine, et de la Russie. Le député italien du Parti Démocrate, Gennaro Migliore, candidat à la présidence de la commission d’enquête parlementaire sur le dispositif d’entrée et d’identification des migrants, a aussi pris part à la réunion en tant qu’invité.

Le Comité est convenu des lignes directrices sur lesquelles se fondera la Charte des Migrants que l’Internationale Socialiste va adopter au cours de 2015 afin de fournir une plateforme commune aux socialistes du Nord et du Sud du monde, entre lesquelles se trouvent :

- l’importance que, depuis toujours, revêtent les migrations dans la mise en place de sociétés ouvertes et les changements utiles aux économies des pays impliqués. Il est inacceptable que la mondialisation des marchés et des marchandises ne soit pas accompagnée d’une mondialisation solidaire des droits.

- le migrant est avant tout une personne qui a le droit de voir que sa dignité soit reconnue en tant que telle. Il est, par conséquent, inacceptable qu’il ne soit considéré que comme un élément fonctionnel de l’économie ; les migrants doivent pouvoir avoir accès aux droits en matière d’éducation, de santé ainsi qu’aux droits de base essentiels à toute démocratie ;

- les travailleurs migrants doivent jouir des mêmes conditions de travail que les travailleurs autochtones : les migrants ne peuvent pas être exploités et, de même, ils ne peuvent pas être utilisés dans le cadre d’une concurrence déloyale vis à vis de la main d’œuvre locale ; la traite criminelle de migrants doit être durement combattue ;

- le respect entre migrants et ressortissants des pays d’accueil doit être réciproque : il s’agit du respect de la diversité qui est une valeur absolue allant dans les deux sens ; dans ce cadre l’intégrisme religieux et le nationalisme sont des facteurs pervers qui affectent négativement non seulement la paix entre les peuples mais qui déstabilisent aussi les sociétés à partir de l’intérieur, et les migrants sont particulièrement exposés aux dangers découlant de ces idéologies ;

- il est également évident que le respect de toute diversité ne peut pas représenter une limite à l’élargissement et au renforcement des droits que nous considérons comme étant universels et valables dans toute culture, dans tout pays et à toute époque, surtout les droits des femmes et des mineurs ; les institutions démocratiques, qu’elles soient religieuses ou laïques, doivent également garantir l’autonomie de choix individuels libres ;

- la coopération économique et politique entre les pays d’émigration, les pays de transit et les pays d’immigration est un facteur essentiel : les migrations exigent une gouvernance partagée;

- la liberté est pour nous un critère non négociable : si les migrations peuvent et doivent faire l’objet de règles et de contrôles, le droit d’asile doit, par contre, toujours être considéré comme étant un droit essentiel.

L’Internationale Socialiste compte depuis toujours parmi ses buts essentiels la paix et l’égalité politique, aussi bien sociale qu’économique : le règlement des crises et des guerres, le développement économique et la protection de l’environnement sont tous des facteurs indispensables pour faire face aux problèmes des migrations. En même temps, nous soulignons les occasions fournies par les migrations en termes d’échanges, de connaissance réciproque, d’ouverture des sociétés et de diffusion de la connaissance. Nous réaffirmons notre conviction que nous vivons tous dans un même monde (one world).

L’internationale exprime aussi son appréciation pour le choix responsable du Président Obama vis à vis des migrants des États-Unis d’Amérique.

Enfin, le Comité reconnaît les efforts déployés par les autorités italiennes, notamment par les autorités locales et par les ressortissants siciliens, dans la gestion humanitaire de flux migratoires de plus en plus importants à travers la Méditerranée. Afin d’éviter les dangereux « voyages de l’espoir » le contrôle des critères nécessaires pourrait et devrait être mené au niveau du pays de départ et non pas de celui de d’arrivée.

 

Participants, couverture de presse

You are currently offline. Some pages or content may fail to load.