Déclaration

L’Internationale Socialiste discute la situation au Liban lors d’une réunion extraordinaire à Beyrouth, 16 décembre 2006

L’Internationale Socialiste, consciente des périls que représentent pour le Liban en particulier et le Moyen-Orient en général, la montée des intégrismes de tous bords et de toutes appartenances et de toutes autres formes d’extrémisme, la poursuite de l’occupation des territoires, les violations des droits de l’homme et les dénis de la démocratie, les actes de violence visant les groupes et les individus, l’absence d’Etat de droit et les refus d’appliquer les résolutions internationales, y compris celles relatives à l’établissement de juridictions spéciales pour juger les auteurs des crimes commis, a répondu à l’invitation du Parti Socialiste Progressiste libanais de participer à une réunion extraordinaire qui s’est tenue à Beyrouth le 16 décembre 2006.

Au cours de cette réunion, l’Internationale Socialiste a renouvelé son soutien, exprimé déjà en 2005, au mouvement du 14 mars qui avait déclenché par des moyens pacifiques, la ‘révolution du Cèdre’, obtenu le retrait des forces syriennes, organisé des élections libres en présence d’observateurs internationaux et formé le gouvernement de la nouvelle indépendance libanaise présidé par M. Fouad Siniora.

Depuis, les tentatives de déstabilisation du Liban encore convalescent n’ont pas cessé : assassinats en série de ministres, députés, journalistes et responsables politiques, le dernier en date s’étant produit le 21 novembre dernier visant la personne du ministre de l’Industrie, M. Pierre Gemayel, pressions extérieures et intérieures exercées par la Syrie et l’Iran, déclenchement par le Hezbollah d’hostilités au Liban-Sud entraînant une riposte disproportionnée d’Israël contre l’ensemble de la population, des villages et des infrastructures libanaises.

Depuis deux semaines et à l’approche de la signature et de la ratification des conventions instituant un tribunal spécial pour le Liban, ces pressions extérieures et intérieures visent carrément à renverser, hors du cadre des institutions et par des mouvements de rue, le gouvernement libanais, pourtant détenteur de la majorité parlementaire et populaire.

Face à ces développements, l’Internationale Socialiste tient à exprimer son inquiétude et son souhait de voir cesser immédiatement toute ingérence extérieure ainsi que des atteintes à la souveraineté, à l’indépendance et à la démocratie libanaise.

Elle renouvelle ainsi :

1. Son appui au gouvernement légitimement élu du Liban, présidé par M. Fouad Siniora et appelle au dialogue entre toutes les parties afin d’élargir et de consolider le consensus national sous l’égide de la Ligue Arabe.

2. Son soutien aux diverses résolutions de l’ONU sur le Liban (1559, 1595, 1636, 1644, 1680 et 1701.

3. Sa réprobation des tentatives de déstabilisation de l’Etat libanais, par le biais des infiltrations d’hommes et de matériel visant à provoquer des incidents ou à exécuter des actions terroristes.

4. Sa solidarité avec le mouvement du 14 mars dans ses efforts pour préserver la souveraineté et l’indépendance du Liban, dans le cadre des institutions constitutionnelles prévues par l’accord de Taêf.

5. Sa détermination à soutenir la création du tribunal international sur le Liban pour juger les auteurs de crimes commis contre l’ancien premier ministre Rafiq Hariri, ses compagnons et d’autres attentats commis avant et après ce meurtre.

6. Son exigence de voir le Liban récupérer ses territoires encore occupés par Israël et procéder à l’échange des prisonniers prévu dans la résolution 1701 du Conseil de Sécurité. De plus, l’Internationale lance un appel pour la libération des prisonniers libanais détenus dans des prisons syriennes.

7. Son souci de voir le Liban récupérer sa pleine souveraineté sur l’ensemble de son territoire et trouver à travers le dialogue national les moyens de résorber toute présence militaire illicite sur le sol libanais.

8. Son plein soutien aux efforts de redressement économique, de réforme sociale et de reconstruction du Liban, notamment à travers la conférence de ´ Paris III ª. L’Internationale Socialiste invite, à cette occasion, les pays arabes, l’Europe et le reste du monde à apporter leur contribution à ces efforts.

9. Et réitère que l’Internationale Socialiste a toujours plaidé, voire lutté pour un règlement juste et durable du conflit israélo-palestinien, la restitution des territoires occupés et des droits spoliés, et la création d’un Etat palestiniens dans des conditions assurant à toutes les parties la paix, l’indépendance et la sécurité. Une telle solution serait également de nature à consolider et sécuriser la formule libanaise dans sa spécificité conviviale, sa diversité culturelle et son rôle démocratique. Finalement, l’Internationale est convaincue que la tenue d’une nouvelle Conférence de Paix Internationale pour aborder les sujets touchant la région toute entière, mérite le soutien de toute la Communauté internationale.

 

You are currently offline. Some pages or content may fail to load.