For progressive change, peace and stability in the Mediterranean

5 Juin 2012

 Des partis membres de l’Internationale Socialiste de la région Méditerranée se sont rencontrés à Madrid le 5 juin 2012 pour une réunion du Comité Méditerranée de l’IS, accueillie par le Parti socialiste ouvrier espagnol (PSOE). Les discussions de la réunion se sont concentrées sur deux thèmes principaux: « Définir une relation Euro-Méditerranéenne comme force pour le changement progressiste dans la région » et « Assurer la paix et la stabilité en Méditerranée et le besoin critique de parvenir à un Etat palestinien ».

Alfredo Pérez Rubalcaba, le Secrétaire général du PSOE, a fait référence aux effets de la crise financière mondiale et de son impact sur l’Etat providence lors de l’ouverture de la réunion, ainsi qu’aux défis actuels concernant le délicat équilibre dans la Méditerranée et au Moyen-Orient. Il dit que le moment était propice pour analyser les développements dans la région et pour réitérer l’appel des socialistes de rendre la paix possible et de la rendre durable. Pour que le développement et le progrès puissent avoir lieu il fallait des sociétés libres, des gens libres et un espace sécurisé, dit-il, soulignant que les socialistes se tenaient prêt à faire ce qu’il fallait pour soutenir et consolider la démocratie. Il réaffirma la position du PSOE dénonçant le régime d’Assad et appelant au respect des droits du peuple syrien. Il a temoigné son appréciation pour le Président de l’IS George Papandreou concernant la crise en Grèce, et exprimé sa solidarité avec le PASOK. Il voyait le prochain Congrès de l’IS au Cap comme un moment important dans la vie de l’organisation pour réaffirmer nos valeurs et nous préparer pour les défis à venir. 

Le Secrétaire général de l’IS, Luis Ayala, dit que l’appel à un nouvel internationalisme et une nouvelle culture de solidarité allaient être nos messages forts pour le prochain Congrès de l’IS. Nous avions vécu avec les excès qui avaient provoqué la crise financière mondiale et, de cette partie de l’Europe, les socialistes signalaient à présent un changement de direction, un agenda économique pour la croissance avec un agenda politique allant de pair. L’IS était une plateforme importante pour la convergence des valeurs progressistes, dit-il, et cela s’était vu dans le nombre élevé de partis du monde arabe qui s’étaient réunis lors de la réunion récente du Comité spécial sur le monde arabe de l’IS, partageant un agenda commun. Notre vision euro-méditerranéenne d’une région marquée par la liberté, la démocratie, les droits et le progrès était le moteur pour le changement, dit-il, et notre engagement pour la paix au Moyen-Orient basée sur une solution de deux Etats pour Israël et la Palestine demeurait ferme. 

Elena Valenciano, Vice-Secrétaire générale du PSOE et Présidente du Comité Méditerranée a souhaité la bienvenue fraternelle et chaleureuse à tous les participants. Elle a reconnu la coopération du Fatah dans cette initiative et se réjouissait d’une visite prochainement à Ramallah en appui de leurs efforts pour un accord entre les différentes forces politiques là-bas, et pour rétablir une feuille de route pour la paix et un Etat palestinien. Elle a également présenté un message de soutien à nos camarades israéliens et leurs efforts chez eux. Commentant les changements en cours dans les différents pays de la Méditerranée, elle a souligné le besoin d’une action stratégique commune des forces progressistes dans la région pour la démocratie et la justice sociale, avec une coopération politique et des politiques appropriées pour le développement économique et l’emploi avec le plein respect de la jeunesse, la parité entre les sexes, les minorités, la religion et les cultures. 

Introduisant le premier thème principal de l’ordre du jour, Trinidad Jiménez, une ancienne ministre du gouvernement du PSOE a parlé des développements dans le monde arabe et des relations avec l’UE. Bien qu’il y ait des défis à venir, il y avait aussi de nouvelles opportunités. De nouveaux chemins avaient été ouverts et il n’y avait certainement pas de retour en arrière. Nous, partis socialistes, devions contribuer et soutenir les réformes démocratiques et réfléchir ensemble comment nous pouvions les aider. Pour avoir du succès, ces démocraties naissantes avaient également besoin d’investissement et de coopération économique, et cela se voyait déjà, surtout en relation avec la Tunisie. L’union méditerranéenne, qui avait été minée par le conflit israélo-palestinien, avait besoin d’une stabilité institutionnelle, et elle espérait sa consolidation à partir de maintenant et tout au long de l’année prochaine. Se référant aux conversations entre le Maroc, l’Algérie et le Sahara occidental, elle fit appel à une nouvelle maturité et un sens de responsabilité, avec le soutien de ce Comité. 

Les participants sont convenus que les événements historiques qui ont mené à ce qu’on appelle communément le printemps arabe constituaient le développement géopolitique le plus important du dernier quart de siècle, initiant une nouvelle ère pour les peuples de la région méditerranéenne. Le Comité a réaffirmé son plein soutien et son engagement pour les acteurs démocratiques dans les processus de transitions, et a établi une série de principes et objectifs communs pour guider son travail, à savoir: a) l'engagement pour des élections démocratiques, libres et équitables; b) le respect des droits et libertés fondamentaux de tous les citoyens; c) la défense d'une claire séparation des pouvoirs dans les nouveaux systèmes politiques, et le développement d’un État de droit ouvert et transparent; d) la défense de sociétés pluralistes et inclusives, le respect des minorités et de la liberté religieuse et le développement d'États laïcs; e) une forte impulsion à l'égalité des sexes, l'autonomisation des femmes et leur pleine participation à la vie sociale, économique et politique; f) soutenir la libre auto-organisation de la société civile, avec une attention particulière à la participation des jeunes et des femmes; g) l'union des forces socialistes et progressistes et le développement de partis politiques solides et inclusifs; h) la promotion de l'égalité des chances et des systèmes de redistribution équitable dans le développement des Etats providence qui fournissent des services essentiels à tous les citoyens et particulièrement aux plus défavorisés. 

Cette nouvelle phase dans la région était perçue comme une fenêtre d’opportunité pour promouvoir le dialogue euro-méditerranéen et pour établir une relation entre les rives nord et sud de la Méditerranée ainsi que le Moyen-Orient. 

Suite à des contributions approfondies des délégations palestiniennes et israéliennes, il y avait consensus que la vague de changement dans le monde arabe rendait plus urgente le besoin de résoudre le conflit israélo-palestinien et d’avancer résolument vers l’obtention d’un Etat palestinien. Le Comité a renouvelé son appel pour une paix durable basé sur deux Etats avec deux capitales à Jérusalem, et exprimé sa forte condamnation des colonies israéliennes illégales en Cisjordanie, y compris Jérusalem-Est. Il a été souligné que la paix était la meilleure garantie de sécurité pour Israël, comme le sont la souveraineté, le développement et la démocratie pour la Palestine. Les participants ont salué les efforts du Fatah et du Président Abbas pour la consolidation de la réconciliation entre le peuple palestinien et leur détermination de tenir des élections cette année. 

Conformément à l’engagement de l’Internationale Socialiste de soutenir une solution négociée et pacifique du conflit au Sahara occidental, le Comité a renouvelé sa détermination d’apporter de l’aide dans ce processus, et pendant la journée de travail, la première réunion officielle du groupe de contact sur la situation au Sahara occidental, établi par le Conseil, présidée par Elena Valenciano, la Présidente du Comité, a eu lieu. Des représentants du PSOE, de l’USFP du Maroc, du Front Polisaro du Sahara occidental et du FLN d’Algérie ont participé, en présence du Secrétaire général de l’IS. 

Traitant différentes situations nationales dans des pays de la région, le Comité a exprimé sa déception sur l’échec des pourparlers sur la question de la Chypre dirigés par l’ONU, et a exhorté les participants à intensifier leurs efforts pour trouver une solution juste et l’unification. En ce qui concerne la Syrie, les participants ont réaffirmé leur engagement inébranlable avec les citoyens luttant pour la liberté et la démocratie et soutenaient les efforts de l’ONU, la Ligue arabe et de Kofi Annan. Une attention spéciale a été prêtée à la situation au Sahel, où les gens souffraient d’un manque de sécurité et du problème du terrorisme, ainsi que d’une grave crise alimentaire qui touchait plus de 15 millions de gens, y compris un million d’enfants souffrant de malnutrition. Sur la situation actuelle en Egypte, où ce jour-là des adhérents de la révolution égyptienne se rassemblaient pour protester contre l’acquittement de ceux responsables pour la mort de centaines de manifestants, le Comité a approuvé un message de solidarité spécial et a exprimé son soutien des forces progressistes et démocratiques du pays. 

A la fin de la réunion, les participants ont adopté une déclaration reflétant les discussions de la journée. Renouvelant l’engagement de renforcer davantage la coopération entre les partis membres de l’IS de la région pour une stratégie commune dans la poursuite d’objectifs communs, le document exprime le plein soutien et la solidarité avec ses partis frères faisant face à des élections, et en particulier avec le PASOK qui se préparait à des élections cruciales non seulement pour la Grèce mais pour toute l’UE et donc la Méditerranée. 

Participants

You are currently offline. Some pages or content may fail to load.