Déclaration d’Istanbul

Le Comité de l’IS sur la Paix, la Démocratie et les Droits de la Personne s’est réuni à Istanbul la veille du Sommet de l’OTAN, 25-26 juin 2004

Original: anglais

Le Comité de l’Internationale sur la Paix, la Démocratie et les Droits de la Personne, réuni à Istanbul les 25 et 26 juin 2004, rappelant les décisions adoptées lors du XXIIème Congrès à São Paulo et du Conseil à Madrid :

1. En ce qui concerne la situation en Iraq et au Moyen-Orient

Réitère sa position contre les interventions militaires préventives en dehors du cadre du Conseil de Sécurité de l’ONU ;

Note que la situation en Iraq confirme que les stratégies unilatérales ne sont pas capables de construire la paix et la stabilité et exprime le besoin d’un rôle plus fort et plus efficace de la part des institutions multilatérales, en commençant par les Nations Unies ;

Se réjouit de l’adoption à l’unanimité de la Résolution 1546 du Conseil de sécurité de l’ONU comme un pas significatif vers le commencement d’une nouvelle phase dans la transition de l’Iraq ;

Réaffirme l’importance d’un ferme soutien de la part de la communauté internationale pour aider le peuple iraquien à approuver une Constitution pour un Etat fédéral séculier, démocratique, multiethnique, multiculturel et multi-religieux, sauvegardant l’intégrité politique et territoriale de l’Iraq, dans le respect des droits des femmes et des minorités, et organiser des élections libres et justes;

Insiste sur l’importance du prochain transfert le 30 juin, lorsque l’Autorité provisoire de la coalition (CPA) cessera d’exister et que le Gouvernement intérimaire de l’Iraq assumera la responsabilité et l’autorité effectives sur les décisions politiques et administratives ;

Souligne en même temps que la situation actuelle en Iraq est toujours très difficile. La violence et le terrorisme continuent, causant un grand nombre de victimes parmi les citoyens iraquiens et les soldats des forces internationales, tandis que de nombreux civils étrangers sont victimes de kidnapping et de violences brutales. Dans ce contexte, le processus de reconstruction est très lent et les conditions concrètes de vie de la population iraquienne ne s’améliorent pas comme cela est nécessaire ;

Exhorte toutes les parties impliquées de s’abstenir de toute action pouvant davantage mettre en danger la paix et la stabilité dans cette région ;

Condamne fermement tout acte terroriste ou de violence en Iraq, quels qu’en soient les auteurs et les cibles, soulignant qu’aucune raison ne justifie l’assassinat de gens innocents ;

Condamne tous les actes de violence et de torture, y compris la violation des droits de la personne dans la prison Abu Grahib, et demande avec fermeté que les responsables, à tous les niveaux, soient poursuivis en justice ;

Affirme que la stabilité, la démocratie et la paix en Iraq sont étroitement liées à la résolution des problèmes de sécurité, comme l’ont montré les récentes déclarations du Secrétaire Général de l’ONU. Le processus électoral sera gravement affecté si la situation en matière de sécurité ne change pas de manière significative ;

Est convaincue que la Résolution 1546 n’a pas automatiquement produit un tel changement relativement à la situation en matière de sécurité, car la composition et les responsabilités concernant les forces militaires étrangères en Iraq n’ont pas été modifiées de manière significative ;

Espère que la communauté internationale s’engagera à mettre pleinement en œuvre la Résolution 1546 et à créer une nouvelle situation dans le domaine de la sécurité, afin de véritablement ouvrir une nouvelle phase dans le processus de transition, la fin de l’occupation et le renforcement de la crédibilité du Gouvernement intérimaire aux yeux de la population iraquienne ;

Dans ce contexte, exhorte les Nations Unies à jouer un rôle plus effectif en Iraq pour le maintien de la paix et de la sécurité, et exhorte les forces de la coalition à transférer leur pouvoir à une force de maintien de la paix dirigée par l’ONU ;

Considère que l’OTAN ne devrait pas être impliquée sans un clair mandat de l’ONU et uniquement dans le cadre d’une participation plus large de la communauté internationale, en particulier des pays arabes et musulmans ;

Soutient fermement tous les efforts ayant pour objectif l’établissement de régimes démocratiques et séculiers dans la région et demande aux autorités iraniennes de remplir leur engagement pris envers la communauté internationale en ce qui concerne la production nucléaire et le respect des droits de la personne et des droits civils ;

Est convaincue que le dialogue et la coopération entre les différentes religions et cultures sont le seul moyen possible pour vaincre le risque d’un clash de civilisations auquel nous nous opposons fortement ;

Exhorte les deux parties dans le conflit israélo-palestinien à s’abstenir de toute utilisation de la violence et de mettre en œuvre un cessez-le-feu mutuel et simultané ;

Condamne le meurtre de civils durant les actions militaires des forces israéliennes dans les territoires palestiniens ;

Exhorte tous les groupes palestiniens à mettre fin à toute forme de violence et en particulier aux attaques terroristes contre des gens innocents ;

Lance un appel aux Israéliens et aux Palestiniens afin qu’ils respectent et appliquent la Feuille de route dans sa totalité et reconnaissent l’existence de chacun dans les frontières internationalement reconnues ;

En appelle à la communauté internationale pour qu’elle soutienne tous les efforts en faveur d’une reprise immédiate des négociations sur la base du droit international ; l’Union européenne devrait encourager une solution politique en invitant la Jordanie, la Palestine et Israël à être liés par un marché interne par l’intermédiaire d’un accord spécial ; Le ‘Partenariat pour la paix’ de l’OTAN pourrait constituer un autre cadre ayant pour but d’obtenir des solutions politiques dans la région ; et pour qu’elle aide aussi toutes les initiatives de paix et de dialogue des sociétés israéliennes et palestiniennes ;

Exprime son engagement à poursuivre les efforts de l’Internationale Socialiste pour la paix et la démocratie en Iraq et au Moyen-Orient, telles les missions de l’IS organisées à Bagdad, en Israël et en Palestine, ainsi que la Conférence internationale qui s’est tenue à Rome en juillet 2003, et à faire progresser ses contacts avec le nouveau gouvernement intérimaire en Iraq.

Exprime également son plein soutien à tous les partis démocratiques en Iraq, y compris son parti membre, dans tous leurs efforts pour établir une démocratie fonctionnant pleinement et pour organiser des élections en janvier 2005.

2. Considérant que la lutte contre le terrorisme est l’une des priorités principales de la communauté internationale :

Souligne que pour lutter contre cette menace la communauté internationale devrait renforcer sa capacité en matière de coopération entre les services de police et de renseignements, couper les liens financiers et politiques qui couvrent et aident les organisations terroristes au niveau international, et utiliser principalement des moyens économiques et politiques plutôt que des réponses militaires ;

Est convaincue que la possibilité de vaincre le terrorisme et la violence est étroitement liée à un engagement plus général pour un nouvel ordre international plus démocratique ;

Réitère que notre sécurité est liée et coexiste avec des inégalités croissantes entre les pays riches et les pays pauvres ; avec des tensions migratoires dramatiques ; avec une menace croissante contre l’environnement ; avec la faim et les pandémies frappant toujours les plus faibles ; avec la pauvreté, l’exploitation et la marginalisation de millions de personnes, en particulier les femmes et les enfants dans de nombreux pays ;

Souligne que nous devons maintenant faire face à des défis fondamentaux qui requièrent des réponses globales et auxquels la communauté internationale n’a pas encore trouvé les réponses appropriées, et qui est divisée en ce qui concerne les stratégies à utiliser pour combattre, réduire et contrôler ces nouvelles menaces.

3. Afin d’achever des résultats concrets dans la promotion de la paix, de la démocratie et des droits de la personne :

Est convaincue qu’il est crucial de relancer le rôle des institutions internationales, pardessus tout celui des Nations Unies, et de réaffirmer la proéminence du droit international. Le multilatéralisme peut être efficace et est le seul moyen pour trouver des solutions adéquates aux défis globaux et dramatiques auxquels nous devons faire face ;

Réitère l’engagement de l’IS de réformer profondément le système des Nations Unies, y compris les institutions telles l’OMS et l’OMT. Ces institutions doivent avoir des pouvoirs, des ressources et des instruments pour empêcher et contrôler les conflits, maintenir la paix, promouvoir le développement durable et protéger les droits de la personne et les droits civils. Parallèlement, ces institutions doivent continuer à travailler pour une plus grande efficacité et leur légitimité démocratique doit être renforcée.

Souligne le besoin d’un nouvel équilibre dans la façon dont les institutions internationales abordent les politiques économiques et commerciales et considère que l’OMC devrait travailler pour assurer que le commerce soit libre et juste, rejeter les nouvelles formes de protectionnisme, sauvegarder les droits fondamentaux et les droits de la personne, et promouvoir les politiques de développement durable dans le monde entier ;

Rappelle la déclaration adoptée lors du XXIIème Congrès de São Paulo pour la réforme du système de Bretton Woods, l’établissement d’un Conseil de sécurité de l’ONU sur les questions économiques, sociales et environnementales, l’établissement d’une Organisation mondiale de l’environnement, et la décision de créer un groupe de travail spécifique avec pour objectif l’élaboration d’une proposition de l’IS complète et détaillée sur la réforme du système des Nations Unies ;

Souligne que le défi d’une ‘gouvernance mondiale démocratique’ est l’un des thèmes sur lequel l’IS développe un dialogue ouvert et une coopération avec les démocrates américains et les ONG et mouvements sociaux, expression de la ‘société civile mondiale’, qui se rassemblent au sein des fora sociaux mondiaux ;

Est convaincue que la promotion d’une approche multilatérale pour faire face aux nouveaux problèmes mondiaux signifie également soutenir la création ou le renforcement des institutions régionales / continentales. L’Union européenne est actuellement l’expression la plus avancée et la plus effective d’une intégration régionale basée sur la démocratie, la paix et le respect des diversités. Le récent élargissement et la première Constitution européenne sont des évènements historiques, et pas uniquement pour les Européens. D’autres pays sont prêts à se joindre et nous lançons un appel à l’UE afin qu’elle prenne les décisions nécessaires en décembre 2004 pour ouvrir les négociations d’ouverture avec la Turquie et ce sans délai ;

Souligne que d’autres institutions régionales ont été créées en Afrique, en Amérique latine et en Asie, avec l’ambition non seulement d’ouvrir les marchés et les économies mais aussi de construire des processus d’intégration politiques et sociaux. L’IS soutient ces efforts pouvant aider à diriger un ordre international multipolaire et plus équilibré.

4. Lance un appel à l’OTAN, la veille de son prochain sommet à Istanbul, afin qu’elle contribue davantage à augmenter la stabilité et la sécurité de la communauté Euro-Atlantique élargie et de ses voisins ;

Considère que tout changement éventuel en ce qui concerne la nature ou les objectifs de l’OTAN devrait être fait dans la transparence et suite à un débat démocratique entre ses membres ;

Encourage les efforts de l’OTAN ayant pour but le renforcement et l’élargissement de la compréhension politique, le dialogue et le partenariat entre voisins, l’extension de l’expérience positive de l’initiative du Partenariat pour la Paix avec les pays de l’ancienne URSS, portant son regard sur les pays et la région de la Méditerranée, en vue d’améliorer le dialogue et l’influence positive dans toute la zone du Moyen-Orient ;

Est sensible à l’engagement de l’OTAN dans des initiatives clés de stabilisation, telles que ses missions dans les Balkans (Bosnie et Herzégovine, et Kosovo) et ses actions d’implémentation en Afghanistan.

Est convaincue que l’Alliance atlantique peut être une partie cruciale du nouvel environnement multilatéral de sécurité dans la paix, basé sur le droit international et un rôle renouvelé et accru des Nations Unies.

5. Exprime sa gratitude au Parti Républicain du Peuple, CHP, et à son leader, Deniz Baykal, pour avoir accueilli l’Internationale Socialiste à Istanbul et souligne son soutien total pour le rôle de la social-démocratie en Turquie.

You are currently offline. Some pages or content may fail to load.