Mission d’observation de l’IS aux élections au Mexique

29 Juin - 6 Juillet 2006

Une mission d’observation de l’Internationale Socialiste s’est rendue au Mexique pour les élections qui se sont tenues le 2 juillet. Avec le secrétaire général de l’IS Luis Ayala à sa tête, la délégation comprenait Rubén Giustiniani et Oscar González, président et secrétaire général du Parti Socialiste d’Argentine ; Rafael Abinader, Rafael Lantigua et Peggy Cabral du Parti Révolutionnaire Dominicain ; Francesca d’Ulisse des Démocrates de Gauche, Italie ; Rubén Berríos, président du Parti Indépendantiste Portoricain ; et Frank Llewellyn, George Roberts et Daniel Reynolds des Socialistes Démocratiques d’Amérique. Les observateurs de l’IS étaient présents du 29 juin au 6 juillet, pour des réunions avec des candidats et officiers électoraux, l’observation du vote et du dépouillement dans différents bureaux de vote, ainsi que durant les déclarations post-électorales.

La délégation a tenu des réunions avec des dirigeants et des candidats des deux partis membres de l’IS au Mexique, le Parti de la Révolution Démocratique, PRD, et le Parti Révolutionnaire Institutionnel, PRI, ainsi qu’avec le vice-président de l’IS Cuauhtémoc Cárdenas. Durant leur séjour au Mexique, les observateurs de l’IS ont également tenu des discussions avec des diplomates et d’autres délégations étrangères en visite. En tant qu’observateurs inscrits auprès de l’Institut fédéral électoral, IFE, ils ont aussi participé à des activités organisées par l’Institut pour les visiteurs internationaux invités. Le jour des élections, les membres de la mission ont observé le processus électoral dans la circonscription du District Fédéral de Mexico ainsi que dans l’Etat de Morelos, et assisté au dépouillement des bulletins de vote.

Les représentants de l’IS ont noté que le vote s’était déroulé dans une atmosphère positive de participation civique, laquelle était proche des 60 pour cent au niveau national et proche des 70 pour cent dans la capitale - et malgré la complexité du vote, qui combinait les élections pour la Présidence, le Sénat, la Chambre des députés, et dans quelques régions également pour les Gouverneurs, les Maires et les Assemblées législatives étatiques, l’électorat mexicain a bien compris le processus et participé sans incident significatif.

Les membres de la délégation ont ensuite suivi les développements qui se sont déroulés dans les heures après la fermeture du scrutin, durant lesquelles il est apparu que contrairement aux prévisions antérieures, aucun résultat initial des élections présidentielles ne pourrait être annoncé à ce moment, l’écart entre les deux candidats en tête étant trop étroit. Un processus d’addition des fiches de résultat, alors qu’elles arrivaient de chaque bureau de vote a continué pendant toute la nuit du 2 juillet et durant le lundi 3 juillet. Dans la matinée du mardi 4, le PRD a rapporté de multiples inconsistances et irrégularités dans le comptage et demandé un recomptage de tous les votes. Le mercredi 5, en tant que partie du processus, le comptage des fiches de résultat des 300 circonscriptions électorales du pays a été entrepris, se terminant le jeudi 6 juillet avec l’IFE déclarant une différence de 0.58 pour cent entre les deux candidats en tête du scrutin. Par la suite, le PRD et ses partenaires de coalition ont annoncé qu’ils contesteraient le résultat déclaré auprès du Tribunal électoral, en accord avec la législation mexicaine. Compte tenu de ces développements, les membres de la délégation de l’IS ont considéré qu’il était d’une extrême importance que le peuple mexicain ait une certitude et une confiance totales dans le processus de vote, dans sa légalité et dans ses résultats et que l’électorat mexicain méritait un gagnant clair et définitif. De plus, à la vue du résultat très serré lors des élections présidentielles et de l’existence de sérieuses réservations de la part d’un des candidats en tête en ce qui concerne les chiffres annoncés et sa demande de recomptage, les observateurs de l’IS ont profondément ressenti qu’une transparence complète et la divulgation entière des informations concernant le processus étaient vitales pour la stabilité politique du pays et pour la capacité de ses institutions démocratiques à performer correctement durant la période présidentielle à venir. La délégation de l’IS a également été d’avis qu’il est aujourd’hui particulièrement crucial que les autorités pertinentes fassent tout ce qui est en leur pouvoir pour résoudre cette question vitale de façon juste et ouverte, en assurant ainsi la confiance des citoyens mexicains dans leur système électoral et leurs institutions.

 

You are currently offline. Some pages or content may fail to load.