Réunion du Comité de l'Internationale Socialiste pour la Paix, la Sécurité et le Désarmement, Budapest

8 Octobre 1997

'La sécurité européenne après l'élargissement de l'OTAN', tel était le thème principal de la réunion du Comité de l'IS pour la Paix, la Sécurité et le Désarmement, SIPSAD, qui a eu lieu le 8 octobre à Budapest, en Hongrie. Quelque 25 partis/organisations de l'IS étaient représentés à cette réunion, qui était présidée par Günter Verheugen, du Parti Social-Démocrate d'Allemagne, SPD.

Le Parti Socialiste Hongrois, MSzP, a accueilli les participants et László Kovács, ministre des affaires étrangères de Hongrie, a ouvert le débat. Il a qualifié les raisons pour lesquelles la Hongrie souhaite adhérer à l'OTAN de spirituelles - partage d'une multitude de valeurs avec les démocraties établies de longue date - et de matérielles - amélioration de la stabilité et donc, elle l'espère, de la prosperité.

Le secrétaire adjoint du Conseil de sécurité russe, Yuri Deryabin, avait été invité à prendre la parole sur le thème principal. Dans ses délibérations, le Comité a reconnu que la stabilité et la sécurité européennes pouvaient être menacées par l'exclusion de certaines zones et s'est félicité de l'attitude constructive et ouverte adoptée actuellement par le Conseil de sécurité russe dans sa collaboration avec l'OTAN.

Dans une résolution qui sera présentée au Conseil, le Comité a réitéré l'intention des partis membres de l'IS d'instaurer un ordre paneuropéen pour la paix. Cet ordre devrait être renforcé par l'intermédiaire du réseau d'institutions existantes telles que l'UE, l'OTAN, l'OSCE, l'UEO, l'OCDE et le Conseil de l'Europe. SIPSAD a souligné la nécessité d'envisager la sécurité sur le plan de la sécurité humaine, pas seulement sur le plan de la défense des Etats. Il s'est félicité de l'élargissement de l'OTAN et des liens plus étroits de cette organisation avec la Russie.

Dans d'autres résolutions qui seront présentées au Conseil de l'IS, le Comité a soutenu l'initiative de l'ONU concernant la réduction des armes de poing et des armes légères. En réponse au processus d'Ottawa, le Comité a également donné son appui à l'interdiction des mines de terre anti-personnel. Il a invité les pays qui se sont abstenus à participer au processus et la communauté internationale à fournir le savoir-faire, le matériel et les fonds nécessaires pour la détection et la destruction des mines de terre.

Les participants ont proposé que, dans le cadre de ses activités futures, le Comité s'intéresse aux régions du Caucase et de la mer Noire, ainsi qu'à la poursuite du désarmement nucléaire et à une stratégie mondiale pour la sécurité.

 

Participants

You are currently offline. Some pages or content may fail to load.