Déclaration

Le conflit ukrainien au cœur des discussions à Astana, 15-16 septembre 2014

Original: anglais

Le Comité de l’Internationale Socialiste pour la CEI, le Caucase et la Mer Noire, réuni les 15 et 16 septembre 2014 à Astana, au Kazakhstan, a abordé la question de la résolution des conflits et de l’instauration de la paix dans la région, en prêtant une attention particulière au conflit en cours en Ukraine. Avec la participation de ses partis membres venus d’Ukraine et de la Fédération Russe, ainsi que de partis social-­‐démocratiques d’autres pays de la région, le comité a évoqué et s’est mis d’accord sur la nécessité de mettre un terme rapide à ce conflit, et a émis la déclaration suivante.

La social-­‐démocratiea pour premier mandat d’être un mouvement pour la paix, et le Comité réaffirme que la paix est une condition préalable fondamentale au progrès et à la prospérité de l’humanité. L’avenir de la social-­‐démocratiedans la région de la CEI et ailleurs dépend de la prévalence de la paix. Les affrontements militaires et la destruction de vies humaines sont diamétralement opposés à tout ce que représente ce mouvement. Le Comité affirme qu’il est hautement prioritaire de réévaluer les causes de ce conflit, et d’examiner la manière selon laquelle les mouvements tels que l’Internationale Socialiste peuvent contribuer à mettre fin aux conflits ouverts tout autour de nous.

En Ukraine, comme partout ailleurs dans le monde, les considérations politiques doiventprévaloir sur la puissance militaire. Toutes les parties doivent reconnaître que la paix découle de l’engagement des hommes à régler les différends par des moyens non-­‐militaires plutôt que bâtir une façade de paix basée sur le maintien d’un équilibre constitué de forces militaires et de menaces de destruction réciproques, comme tel était le cas dans le passé. Une paix de ce type nécessite un grand courage, l’identification des raisons véritables de l’affrontement et des manières dont ces griefs peuvent être résolus, au moyen de compromis et de négociations, de manière à éviter la perte de vies humaines et la destruction.

Une contribution essentielle de la social-­‐démocratieà cet égard est de poursuivre son travail visant à établir des États modernes, ouverts et démocratiques, en poursuivant le rôle historique des socio-­‐démocrates en tant que bâtisseurs d’États.

En réaffirmant les normes et les principes qui constituent le fondement de la paix, et le nouvel ordre international que nous avons édifié au niveau mondial au cours des deux dernières décennies, nous devons renouer avec la coopération régionale dont la progression avait été notée ces dernières années, sur la base des intérêts mutuels et des interactions. De nouvelles possibilités s’ouvrent aujourd’hui à chacun des pays indépendants de la CEI, du Caucase et de la Mer Noire, tant au cœur de cette région qu’à l’échelle internationale, chacun de ces états s’étant établi au sein de la communauté internationale des nations. Une condition préalable à tout ceci, ici comme partout ailleurs dans le monde, est le respect de l’intégrité territoriale de chaque pays et de bonnes relations avec les pays voisins.

La mort de plus de 3000 personnes en Ukraine comme conséquence directe du conflit armé constitue une tragédie. La priorité la plus immédiate et la plus pressante est que le cessez-­‐le-­‐feu conclu par les parties à Minsk au début du mois soit maintenu. En outre, selon nous, les autres points de l’accord doivent être mis en œuvre aussi rapidement que possible, l’engagement d’un dialogue national inclusif revêtant une importance toute particulière, car c’est seulement ainsi que l’on parviendra à mettre un terme à la violence et à instaurer une paix durable. La récente proposition d’accorder une plus grande autonomie à certaines régions du sud-­‐est de l’Ukraine ainsi que l’utilisation de la langue russe dans la vie privée et publique et dans l’enseignement constituent un exemple du type d’initiative qui sera nécessaire.

Selon nous, le rôle de tous les pouvoirs externes et de la communauté internationale relativement au conflit doit être guidé par l’objectif de sa résolution pacifique et rapide, en encourageant les parties à amorcer des négociations et en contribuant à instaurer un règlement définitif des différendsentre celles-­‐ci.

Il est impératif de reconnaître qu’au centre de ce conflit, se trouvent les Ukrainiens, qui, bien qu’ayant différents points de vue, doivent tous en subir les conséquences, et ce, aux quatre coins du pays. L’établissement de couloirs humanitaires sous observation internationale, visant à distribuer de l’aide, de la nourriture et du matériel médical à tous ceux qui en ont besoin en Ukraine, est une étape urgente nécessaire pour soulager les souffrances humaines dans ce pays.

La résolution du conflit en Ukraine revêt une importance primordiale pour le rétablissement des fondements de la paix et de la stabilité dans cette région. L’Internationale Socialiste demeurera par conséquent saisie de cette question et poursuivra le dialogue avec sespartis membres dans cette région.

 

_______________

 

You are currently offline. Some pages or content may fail to load.