Faire progresser la démocratie dans les pays de la CEI, Almaty, Kazakhstan

2-3 mai 2011

Le Comité de l’Internationale Socialiste pour la CEI, le Caucase et la Mer noire s’est réuni à Almaty le 2 et 3 mai, pour la première fois en Asie centrale. Les discussions se sont concentrées sur la démocratie dans la région et le Comité a également exprimé son plein soutien au Parti social démocratique national ‘AZAT’ (NSDP ‘AZAT’), Kazakhstan, qui accueillit la réunion à l’approche des élections parlementaires. Lors de l’examen de la question de démocratie, un accent particulier fut mis sur la répression politique exercée en Bélarus, où de nombreux prisonniers politiques restent incarcérés pour des motifs politiques et risquent de longues peines de prison.

Lors de l’ouverture de la réunion, qui fut présidée par Mario Nalaptian (ARF-D, Arménie) et Alexandra Dobolyi (MSzP, Hongrie) les Co-présidents du Comité, Zharmakhan Tuyakbai, Co-président du NSDP ‘AZAT’ a souhaité la bienvenue aux participants à Almaty, reconnaissant le développement des liens entre le parti et l’IS pendant ces dernières années ainsi que l’élan qu’allait donner la tenue de cette réunion au développement de la social-démocratie dans la région d’Asie centrale. En ce qui concerne la situation spécifique au Kazakhstan, il a souligné les niveaux inacceptables d’inégalité et d’autoritarisme ainsi que l’importance de la promotion des valeurs social-démocratiques, telles que la liberté, la justice et la solidarité. Plus tard, Bulat Abilov, Co-président du NSDP ‘AZAT’ a approfondi le sujet du déficit démocratique au Kazakhstan, illustré par la composition actuelle de son parlement, où uniquement le parti au pouvoir est représenté, et les difficultés auxquelles le NSDP ‘AZAT’ doit faire face dans ses efforts d’être enregistré officiellement et d’être reconnu comme parti politique.

Dans ses remarques introductives, Luis Ayala, le Secrétaire général de l’IS, indiqua que la présence du Comité au Kazakhstan était un moment de fierté pour l’organisation. En ces temps de réaffirmation de la démocratie dans le monde, ajouta-t-il, la présence de l’organisation mondiale de sociaux-démocrates à Almaty avait une signification particulière à la lumière du déficit démocratique et du sentiment d’exclusion politique ressenti par les citoyens du Kazakhstan. Il nota que dans la région de la CEI, la présence de la démocratie était loin d’être uniforme, avec certains pays souffrant d’une absence complète de démocratie et du manque de processus participatifs, pendant que d’autres avaient développés des systèmes démocratiques naissants qui avaient besoin d’être perfectionnés et soutenus. Il souligna que la social-démocratie était devenue une partie intégrante des démocraties qui respectaient leurs obligations et les droits de ces citoyens, et que le mouvement social-démocratique pouvait construire des systèmes politiques plus justes et plus participatifs.

Sur le Bélarus, des rapports furent donnés par Marina Adamovich (Parti Social-Démocrate du Bélarus, BSDP-NH) et Ihar Maslouski (BSDP-H) concernant la crise politique dans ce pays qui persiste depuis les élections présidentielles le 19 décembre 2010, où huit des neuf candidats présidentiels d’opposition ont été arrêtés. Les membres du Comité ont noté avec grand regret l’absence du candidat présidentiel et Président du BSDP-NH Mikalai Statkevich, qui a été présent à toutes les réunions précédentes du Comité, et qui se trouve toujours dans une prison KGB, incapable de voir des amis et sa famille et avec un accès restreint à ses avocats. L’élection et ses conséquences sont devenues un catalyseur pour la suppression de toute activité politique ainsi que pour la persécution, l’incarcération, la violence et la torture sans discernement des opposants du système. Les participants ont été unanimes dans leur condamnation de la détention des prisonniers par les autorités du Bélarus. L’importance du soutien et de la solidarité internationale et l’influence que la pression exercée par la communauté internationale pouvait avoir sur les autorités d ‘Alexandre Lukashenko furent soulignés.

Pendant les discussions sur les défis auxquels était confronté la démocratie dans la CEI et le Caucase, de nombreux délégués ont fait référence au rôle de l’IS dans la recherche de solutions à ces questions. La présence importante de systèmes politiques à travers la CEI qui ne permettent pas à l’électorat de faire un choix véritable, a été noté. Dans des rapports sur les situations nationales, des participants d’Arménie, d’Azerbaïdjan, de Géorgie, du Kirghizistan et d’Ukraine ont fait référence à leurs inquiétudes spécifiques en ce qui concerne les développements internes. La tenue d’une réunion pour la première fois en Asie centrale a également permis d’inviter des partis sociaux-démocrates des pays avoisinants du Tadjikistan et de l’Ouzbékistan, des pays qui se trouvent face à de sérieux obstacles à la démocratie, souligné par l’incapacité de la délégation ouzbèke de participer dû à des restrictions imposées par les autorités. Prenant la parole, Rahmatullah Zairov, le leader du Parti social-démocratique du Tadjikistan a attiré l’attention sur les similitudes entre les méthodes anti-démocratiques utilisées par les présidents du Tadjikistan et du Bélarus.

En ce qui concerne la résolution des conflits, le Comité a continué ses discussions sur le conflit du Nagorno-Karabakh et a promis de rester engagé activement et de continuer son travail en Arménie et en Azerbaïdjan, impliquant tous les acteurs politiques dans ces deux pays. La situation en Géorgie a également été sujet de discussion et une décision a été prise de tenir un atelier réunissant les sociaux-démocrates russes et géorgiens. Ce groupe fera le point sur la situation en Géorgie, accordant une attention particulière aux problèmes à résoudre en Abkhazie et en Ossétie du Sud, avec l’objectif de trouver des propositions social-démocratiques communes à ces questions.

La réunion s’est terminée par une déclaration de soutien pour le NSDP ‘AZAT’ dans ses tentatives de se faire réenregistrer auprès des autorités au Kazakhstan avant les élections parlementaires, un processus qui dure depuis un an et demi. Aux yeux du Comité, si des élections libres et justes étaient autorisées au Kazakhstan, ceci résulterait en une représentation substantielle de l’opposition au parlement. Le Comité a également exprimé sa solidarité avec son parti membre le BSDP-NH et les forces de l’opposition, y inclus le BSDP-H, persécutées en Bélarus, et a appelé à la libération immédiate et inconditionnelle de tous les prisonniers politiques détenus dans le pays.

Les participants étaient également d’accord sur un programme pour le futur travail du Comité afin de développer le progrès fait à Almaty. Conformément au soutien exprimé pour le NSDP ‘AZAT’ en vue des prochaines élections, un engagement a été pris d’accompagner le processus par une délégation observatrice de l’Internationale Socialiste. De plus, il a été décidé de faire progresser le travail de l’Internationale en Asie centrale et de développer les nouveaux contacts avec les partis sociaux-démocrates de la région. A cet égard, Zharmakhan Tuyakbai, Vice-président du NSDP ‘AZAT’ a été nommé à la tête d’une future mission d’enquête de membres au Tadjikistan et en Ouzbékistan, pour rencontrer des partis sociaux-démocrates et des acteurs de la société civile.

Suite à la clôture de la réunion, une conférence de presse très suivie a eu lieu pour présenter un résumé des conclusions tirées pendant ces deux jours. 

 

 

Participants

You are currently offline. Some pages or content may fail to load.