Déclaration de Phnom Penh

Premiere réunion de l’Internationale Socialiste au Cambodge, 8-9 octobre 2004

1.

Le Comité Asie-Pacifique de l’Internationale Socialiste réaffirme son engagement à œuvrer pour une forme de mondialisation qui bénéficie et promeuve le bien-être de toutes les personnes de cette critique région du monde.

Cela signifie approfondir le travail pour établir et renforcer la gouvernance démocratique en Asie et dans le Pacifique, et garantir le respect des droits de la personne et les libertés de toutes les femmes et de tous les hommes.

La mondialisation aujourd’hui augmente la croissance économique dans le monde, mais les gains et les nouvelles opportunités de développement sont distribués de façon inégale, et le processus est sapé, dans trop d’endroits, par l’absence de cadre de contrôle, de transparence, et d’une administration étatique adéquate.

Des mécanismes pour assurer la justice sociale, le développement économique durable et une suprématie de la loi plus efficace, doivent donc être incorporés dans le processus même de la mondialisation, qui fait partie de la plate-forme sociale-démocrate pour la gouvernance mondiale.

2.

Le Comité souligne que les perspectives en matière de démocratie, de droits de la personne et de progrès économique, sont directement liées à la nécessité d’obtenir partout la paix entre et parmi les nations, et la sécurité dans la vie quotidienne des citoyens.

La sécurité et la lutte contre le terrorisme dépendent en particulier de la coopération entre les nations dans la région et partout dans le monde, plutôt que d’approches unilatérales ou préemptives qui peuvent exacerber les tensions et augmenter le risque de plus grands conflits et violence.

Eliminer la menace nucléaire, protéger l’environnement et répondre efficacement aux changements climatiques et à l’augmentation du niveau des mers en Asie et dans le Pacifique, nécessitent non seulement une coopération régionale mais également une coordination entre cette région et les autres régions du monde à travers des organismes internationaux revitalisés.

La région de l’Asie et du Pacifique, qui possède une économie croissant rapidement et un potentiel énorme en ressources énergétiques, nécessite également une coopération régionale à des niveaux variés afin de répondre aux défis relatifs à la sécurité en matière d’énergie et de protéger la région des risques environnementaux.

Le Comité reconnaît que les femmes et les enfants sont les plus touchés par la guerre, les conflits internes et la dégradation de l’environnement dans la région, et que les femmes doivent jouer en particulier des rôles clés dans la restauration de la paix et la stabilité démocratique. Assurer les droits politiques et les libertés civiles des femmes, et garantir leur sécurité personnelle sont donc des priorités.

3.

Une meilleure gouvernance, non seulement au niveau mondial mais aussi aux niveaux régionaux, nationaux et locaux, est nécessaire pour aborder les défis de la mondialisation.

Cela signifie la promotion d’une participation des citoyens plus importante, en renforçant tout d’abord et avant tout, nos partis et organisations politiques sociaux-démocrates, qui sont la clé de la mise en œuvre de réformes concrètes à tous les niveaux, et ensuite en approfondissant les relations entre nos partis et les mouvements sociaux progressistes, comme cela l’a été souligné par la participation de l’Internationale Socialiste au 4ème Forum social mondial à Mumbai en janvier dernier.

Assurer que la justice sociale, l’équité et des opportunités pour tous les citoyens prévalent dans chaque nation constitue un défi fondamental. La croissance économique mondiale ne sera durable que dans ces conditions.

Le Comité reconnaît pleinement l’énormité de la tâche à laquelle doit faire face la social-démocratie en Asie et dans le Pacifique, alors que les nations de la région se trouvent à des stages variés de développement économique, avec certains pays souffrant d’un manque de démocratie sévère évident et la menace terroriste aggravant les difficultés inhérentes à la résolution de conflits de longue date.

Mais tandis que la social-démocratie continue de se développer en Asie et dans le Pacifique, il est en de même pour la solidarité qui partout unit notre mouvement et qui reste essentielle pour réaliser, à travers la coopération, nos objectifs dans cette vaste région interdépendante.

4.

Le Comité, continuant de surveiller les situations dans des pays et régions spécifiques de l’Asie et du Pacifique, note qu’il y a des développements positifs et négatifs, et qu’il reste des thèmes très préoccupants :

En ce qui concerne la Corée du Sud et la Corée du Nord, le Comité est profondément préoccupé par les récents évènements, en particulier par les derniers rapports relatifs à la volonté de la Corée du Nord de développer des armes nucléaires, et les révélations sur des expériences nucléaires secrètes en Corée du Sud durant les deux dernières décennies. Le Comité réaffirme son plein support en faveur de tous les initiatives diplomatiques pour réduire les tensions entre la Corée du Nord, les pays avoisinants et la communauté internationale, et souligne que tout effort doit être entrepris pour remettre à l’ordre du jour le plus tôt possible les discussions des ‘six’ entre la Corée du Nord, la Corée du Sud, le Japon, la Chine, la Russie et les Etats-Unis. Dans ce contexte, l’IS se réjouit avec enthousiasme de la victoire des forces progressistes lors des dernières élections présidentielles et parlementaires en Corée du Sud.

La situation au Népal continue de constituer une préoccupation importante. Les vagues de violence croissantes dirigées contre la population civile par les insurgés du CPN-M et la perte de vies innocentes doivent cesser immédiatement. Nous exprimons notre solidarité avec le peuple du Népal et tous ceux qui luttent pour la paix et la démocratie, et lance un appel pour la restauration rapide du processus constitutionnel et d’un Etat de droit.

Le Comité est également inquiet au sujet du blocage du processus de paix au Sri Lanka, où la trêve négociée par la Norvège en 2002 entre le gouvernement et les séparatistes Tamil est compromise par des éruptions de violence y compris une série de meurtres récente, et lance un appel aux deux parties afin de redoubler les efforts pour surmonter l’impasse actuelle afin qu’une paix définitive puisse être assurée.

Le Comité se félicite que le processus de paix au Cachemire semble progresser suite à la réunion entre les leaders de l’Inde et du Pakistan à New York en septembre. Reconnaissant la nécessité critique de résoudre les disputes de longue date entre les deux pays, le Comité apporte son plein soutien au processus de dialogue et encourage le développement de mesures pour construire une confiance mutuelle, commencé plus tôt cette année.

La situation au Pakistan continue d’être une préoccupation. L’engagement pris par le président du pays de se retirer en tant que chef de l’armée, une étape pour satisfaire les espoirs du peuple pakistanais de restaurer un gouvernement civil, n’a pas été rempli. La paix et la sécurité au Pakistan ne peuvent être garanties que par un parlement souverain et un système judiciaire indépendant, assurant ainsi le plein respect des droits politiques et des libertés, et le Comité réaffirme son ferme soutien au Parti du Peuple du Pakistan et à tous ceux qui travaillent à la réalisation de ces objectifs.

Alors que le peuple d’Afghanistan, dans des circonstances des plus difficiles, participe aujourd’hui, le 9 octobre, aux élections présidentielles dans son pays, nous restons profondément préoccupés par le manque de sécurité en ce qui concerne le vote. Le peuple d’Afghanistan mérite un appui soutenu de la part de la communauté internationale, s’il réussi à établir un système démocratique durable et la suprématie du droit.

La démocratie reste un défi pour le peuple du Kazakhstan, alors que des observateurs internationaux ont établi que les élections parlementaires qui se sont tenues en septembre n’ont pas satisfait les standards démocratiques. Le Comité lance un appel au gouvernement afin qu’il entreprenne les réformes nécessaires dans la préparation des élections présidentielles en 2006 et souligne la nécessité d’un engagement continu de la communauté internationale.

Le Comité réitère l’appel lancé par l’Internationale Socialiste pour que Suu Kyi et tous les autres prisonniers politiques en Birmanie soient libérés inconditionnellement alors que la situation continue de se détériorer, et exhorte la communauté internationale de continuer ses efforts pour soutenir le retour de la démocratie dans le pays.

En ce qui concerne la situation aux Fidji, le Comité réaffirme sa solidarité avec le Parti Travailliste des Fidji et soutient sa juste demande pour l’établissement d’un cabinet véritablement multipartite, comme le requiert la Constitution. Le Comité rappelle ses demande antérieures et lance un appel au gouvernement des Fidji afin qu’il supprime toute forme de discrimination raciale sponsorisée par l’Etat contre les communautés minoritaires.

Le Comité note que l’intervention régionale de la police et des forces de défense d’Australie, de Nouvelle Zélande et d’autres nations du Pacifique a calmé les tensions ethniques dans les Iles Salomon, et lance un appel afin que la coopération internationale pour développer l’infrastructure économique et sociale nécessaire pour reconstruire un Etat démocratique s’accroisse. Le Comité espère qu’un semblant d’ordre peut être restauré par l’intermédiaire d’efforts similaires en Papouasie Nouvelle Guinée, où l’échec des institutions étatiques a conduit à une situation d’anarchie.

Le Comité a pris connaissance avec encouragement des avancées électorales du Parti Action Démocratique en Malaisie en mars dernier et exprime sa solidarité avec le DAP, dont le président national, Karpal Singh a été suspendu du Parlement.

Aux Philippines, nous condamnons l’exécution sommaire de plusieurs leaders du Parti AKBAYAN par les guérillas de la Nouvelle Armée du Peuple (NPA) qui ont également publiquement menacé de capturer le président du parti, et d’une exécution possible s’il résiste.

Le Comité s’est félicité de la victoire électorale du Parti du Congrès et d’autres forces progressives en Inde, et de la formation d’un gouvernement dirigé par l’Alliance Progressiste Unie.

Suite aux récentes élections en Mongolie, dans lesquelles le vote a été pratiquement divisé en parts égales entre le MPRP, membre de l’IS, et le MDC, le Comité félicite le MPRP de la formation d’un gouvernement de la Grande Coalition, et lui souhaite du succès lors des prochaines élections locales le 17 octobre et aussi lors des élections présidentielles qui se tiendront en 2005.

Le Comité, en accord avec les positions convenues lors du Congrès de l’IS à São Paulo l’année dernière et la visite de la délégation de l’IS en Chine in février, soutient les échanges continus entre l’Internationale Socialiste et les leaders chinois.

Le Comité se réjouit de la tenue réussie des premières élections présidentielles directe en Indonésie en septembre, qui il espère contribuera à renforcer l’Etat de droit et permettra au gouvernement d’aborder les questions urgentes de la responsabilité, de la sécurité des citoyens et des droits de la personne.

En mai, le Timor-Este a célébré un nouvel anniversaire de la restauration de son indépendance après des années de lutte historique. Le Comité note que la nouvelle nation continue de faire face au difficile défi de construire et renforcer les institutions de la gouvernance démocratique, et exprime la solidarité des sociaux-démocrates de toute la région avec le peuple de ce pays.

Le Comité est très inquiet au sujet des derniers évènement au Bangladesh, y compris les attaques violentes contre des membres de la Ligue Awami et son leader Cheikh Hasina et les arrestations subséquentes de nombreux membres du parti et d’autres groupes de l’opposition, et lance un appel au gouvernement pour qu’il mette un terme aux détentions et traduise en justice les responsables de violence politique.

Aujourd’hui des élections se tiennent en Australie et le Comité exprime sa pleine solidarité avec le Parti Travailliste australien, qui a mené une campagne inspiratrice, et avec l’Internationale toute entière, se réjouit de son succès et du renforcement de la social-démocratie dans la région.

Finalement le Comité est satisfait d’avoir eu l’opportunité de se réunir au Cambodge, accueilli par le par le Parti du Peuple Cambodgien, PPC, une force politique avec laquelle l’Internationale coopère depuis un certain nombre d’années, et de transmettre par leur intermédiaire un message de soutien et de solidarité au peuple du Cambodge qui a subit les horreurs d’un des régimes les plus brutaux du monde et qui est parvenu à avancer avec espoir et dans la démocratie, dans la recherche d’un meilleur futur. Le Comité se réjouit du résultat des négociations qui ont mené à l’établissement du gouvernement actuel, encouragé par l’entente entre les principaux acteurs politiques dans le pays, reflétant et soulignant l’engagement et la volonté démocratique du peuple cambodgien. Aujourd’hui nous sommes également davantage encouragés par les perspectives de la décision récente de la législature cambodgienne de continuer à rechercher la justice en ce qui concerne le passé, en coopération avec la communauté internationale. Nous souhaitons au peuple cambodgien, à leur gouvernement et au PPC, qu’ils réussissent tous leurs projets.

 

You are currently offline. Some pages or content may fail to load.