Réunion de l'IS sur la solution à deux États, Israël et Palestine, pour la paix et un avenir d'opportunités pour les peuples du Moyen-Orient

Ramallah 30 Juillet – Tel Aviv 31 Juillet 2019

Conformément à l’engagement de longue date de l’Internationale Socialiste envers la paix au Moyen-Orient, et sa décision d’intensifier les efforts de soutien de la solution à deux États pour qu’Israël et Palestine existent côte-à-côte comme deux États souverains, l’Internationale Socialiste a organisé une réunion de deux jours avec une session à Ramallah le 30 juillet et une session à Tel Aviv le 31.

À cette période cruciale pour les peuples de la région, dans une conjoncture mondiale et régionale difficile, et répondant au besoin d’un échange de points de vue, d’établissement de priorités et de définition d'une voie commune pour la paix, de la démocratie et des opportunités pour tous dans la région, la réunion a rassemblé des représentants des partis membres de l’IS en Israël et en Palestine ainsi que des dirigeants et représentants de partis membres dans d’autres pays.

À l'ouverture de la réunion à Ramallah, au nom des hôtes palestiniens, le Commissaire général du Fatah aux relations internationales, Rawhi Fattou, a transmis les salutations fraternelles des partis membres palestiniens et a remercié l'IS pour cette initiative et tous les participants pour leur présence. 

Le Secrétaire général de l’IS, Luis Ayala, qui présidait la réunion, a présenté les grandes lignes de l’engagement et du rôle de longue durée de l’Internationale Socialiste dans les efforts pour obtenir une résolution paisible et équitable au conflit, toujours dans l’objectif de parvenir à une solution à deux États, Israël et la Palestine, au profit des deux peuples. La question de Palestine était une préoccupation mondiale, pas seulement régionale, a-t-il déclaré, et notre mission était de bâtir sur ce que l'Internationale avait pu apporter conformément à nos principes et valeurs afin de parvenir à une paix juste et stable et à la mise en œuvre et au respect des normes et accords internationaux. 

Lors de la séance d'ouverture, le premier ministre palestinien, Mohammad Shtayyeh, a accueilli les participants et présenté la situation actuelle entre Israël et la Palestine, faisant remarquer que Benjamin Netanyahu n’était pas un véritable partenaire pour la paix. Le dirigeant palestinien a également émis des critiques sur le traitement du gouvernement Trump à l’égard du peuple palestinien, y compris sa décision de reconnaître Jérusalem comme capitale d’Israël et le retrait des ressources financières telles que celles versées à l’UNRWA. Il a demandé à l’IS de soutenir les Palestiniens dans leurs efforts pour reprendre leurs territoires occupés et de soutenir l’initiative du président Abbas pour la convocation d'une conférence internationale sur la paix au Moyen-Orient.

Les discussions à Ramallah, qui comptaient parmi les participants les deux vice-présidents de l'IS de la région, Nabil Shaath de Palestine et Colette Avital d'Israël, comprenaient des contributions diverses et substantielles, centrées sur la réalité actuelle de la région et sur les manières de promouvoir et de faire progresser la solution à deux États, ainsi que les éléments à inclure dans une déclaration finale de la réunion ce qui a été convenu par consensus, y compris les membres palestiniens et israéliens, et tous les délégués présents à la réunion.

Après la première journée de session, Son Excellence le Président Mahmoud Abbas a reçu les participants au siège de la présidence.

La session du deuxième jour s’est ouverte à Tel Aviv avec la participation du leader nouvellement élu de Meretz, Nitzan Horowitz, qui dirige également l’Union démocratique récemment formé et qui réunit d’autres secteurs et personnalités de la gauche israélienne pour contester les prochaines élections en septembre. Le leader et tête de la liste de cette nouvelle formation a informé la réunion à propos de la création de cette nouvelle alliance de la gauche, à propos de la situation politique actuelle et des défis qui se posent à son parti et à la gauche en Israël.

Une grande partie des débats à Tel Aviv se sont focalisés sur la situation en Israël à la veille des élections, sur les perspectives pour une solution à deux États qui mènerait à la paix, et sur des moyens alternatifs d'inclure la société civile et d'autres personnes à ces efforts. À cette occasion, pour la première fois, une organisation arabe israélienne, le Mouvement arabe pour le changement, a été officiellement invitée à participer aux débats.

Les participants se sont accordés sur l’importance de l’augmentation de la reconnaissance internationale de l’État de Palestine et de la nécessité d’encourager les partis membres de l’IS dans le monde, tout particulièrement ceux qui sont au gouvernement et qui ne l’ont pas encore fait, de prendre la décision de promouvoir cette reconnaissance. À cet égard, on avait aussi convenu qu’une date serait fixée par l’organisation pour que les membres de l’IS agissent ensemble au plan international sur cette question dans leurs pays et parlements nationaux respectifs.

Le contenu des échanges au cours des deux journées à Ramallah et Tel Aviv a mis en lumière des éléments pour une position commune, reflétés dans une déclaration débattue et approuvée par consensus dans les deux villes.

 

 


 

DECLARATION

La solution à deux États, Israël et Palestine,
pour la paix et un avenir d'opportunités pour les peuples du Moyen-Orient


Ramallah, le 30 juillet – Tel Aviv, le 31 juillet, 2019

 

Original : anglais

L’Internationale Socialiste a tenu une réunion à Ramallah, en Palestine, le 30 juillet à et à Tel Aviv, Israël, le 31 juillet 2019 pour débattre sur le thème de la solution à deux États, Israël et Palestine, pour la paix et un avenir d'opportunités pour les peuples du Moyen-Orient.

Après plus de 27 ans d’échecs pour trouver la paix dans le cadre du processus de paix bilatéral, l’IS est convaincue que le moment est venu pour la communauté internationale de prendre collectivement sa responsabilité selon le droit international pour mettre fin à l’occupation de l’État palestinien et à tous les obstacles à l’exercice par le peuple palestinien de son droit à l’auto-détermination.

Il est regrettable que ces bases fondamentales pour tout accord de paix futur dans la région aient été ouvertement contestées et sabotées par l’administration américaine sous la direction du président Donald Trump d’une manière qui crée une alliance entre l’administration Trump et les extrémistes au sein d’Israël, y compris les colons, qui œuvrent activement contre le droit inaliénable des Palestiniens à l’auto-détermination. Les réunions de l’IS à Ramallah et Tel Aviv ont été organisées dans le but d'analyser les conséquences de cette absence et de la ligne conduite que la communauté internationale doit adopter afin de protéger la mise en œuvre des droits inaliénables du peuple palestinien, qui lui sont refusés depuis longtemps, et de la solution à deux États, qui est dans l’intérêt des Israéliens, des Palestiniens et de la paix régionale et mondiale.

Concernant les Conseils tenus à Genève les 26-27 juin 2018 et Saint Domingue les 28-29 janvier 2019, la réunion réitère son engagement envers les points suivants :

  1. Réaffirme le droit du peuple palestinien à l’auto-détermination, y compris le droit à leur État indépendant de Palestine selon les frontières du 4 juin 1967, avec Jérusalem-Est comme capitale, et demande à tous les États de reconnaître immédiatement et inconditionnellement l’État de Palestine. L’IS réaffirme son engagement, conformément au droit international, à mettre un terme définitif à l'occupation israélienne de l’État palestinien qui a débuté en 1967 afin de réaliser la solution à deux États, en tant que deux États souverains et démocratiques pour tous leurs citoyens et solution juste au problème des réfugiés palestiniens selon la résolution 194 de l’ONU stipulée par l’initiative de paix arabe.
  2. Réaffirme les résolutions pertinentes concernant le conflit palestino-israélien y compris les résolutions 181(1947), 242 (1967), 338 (1973), 446 (1979), 452 (1979), 465 (1980), 476 (1980), 478 (1980), 1397 (2002), 1515 (2003), 67/19 (2012), 2334 (2016) et 1850 (2008).
  3. L’IS s’oppose aux positions de l’administration américaine contre une paix équitable. L’IS condamne le déplacement de l’ambassade américaine à Jérusalem et la reconnaissance de l’annexion illégale du plateau du Golan, deux actes qui enfreignent le droit international et la politique traditionnelle des administrations américaines antérieures et ont encouragé le programme extrémiste du gouvernement israélien. Toutes ces étapes représentent des précédents dangereux pour la communauté internationale dans son ensemble, alors que le gouvernement américain tente de légitimer l’acquisition de terres par la force, qui constitue une grave violation du droit international.
  4. L’IS considère le soi-disant « accord du siècle » de l’administration américaine pour Israël et la Palestine comme une intention de légitimer les actes israéliens illégaux dans les territoires palestiniens et arabes occupés, afin de formuler un accord qui viole les exigences les plus fondamentales pour une solution juste et durable et ne tient pas compte du droit international et des normes des droits humains. Il contredit également le consensus mondial sur la paix et détruit les droits légitimes des réfugiés palestiniens et toute possibilité d’une solution à deux États dans laquelle les Palestiniens auront leur État souverain dans le cadre d'un accord de paix.
  5. L’IS rejette tous les efforts tentant de remplacer la paix réelle et équitable par « l’illusion de la prospérité économique » qui soutient l'occupation de l’État palestinien et les politiques de discrimination raciale contre le peuple palestinien. Ces efforts ainsi que des événements comme l’atelier de Manama nient aux Palestiniens le droit inaliénable à l’auto-détermination et à la souveraineté, et fragilise la légitimité internationale et les véritables exigences de la paix et d’un vrai développement économique.
  6. L’IS condamne fortement les dernières mesures illégales prises par les autorités israéliennes contre les terres et le peuple de Palestine, y compris la récente démolition de dizaines de maisons dans les villages de Sur Baher près de Jérusalem Est.
  7. S’oppose à toutes les mesures cherchant à modifier la composition démographique, le caractère et le statut des territoires palestiniens occupés depuis 1967, y compris Jérusalem Est, et entre autres la construction et l’expansion des colonies, la construction du mur de séparation, le transfert des colons israéliens, la confiscation de terres, la démolition de maisons, le déplacement de civils palestiniens, en violation du droit humanitaire international et des résolutions pertinentes.
  8. Encourage une approche non-violente à tous les niveaux et par toutes les parties et exige la cessation immédiate de toutes les formes de violence par le pouvoir et les colons israéliens occupants contre la résistance palestinienne non-violente.
  9. Demande à la communauté internationale, tout particulièrement les gouvernements et parlements où les partis de l’IS sont représentés, de prendre des mesures concrètes contre les colonies israéliennes, y compris l’interdiction des produits des colonies israéliennes, l’émission de directives pour empêcher le soutien étranger des colonies israéliennes et la réalisation d'une analyse complète de tous les accords avec Israël afin d’interdire aux colonies israéliennes de bénéficier de ces accords. Ces actions tendraient à la mise en œuvre de la Résolution 2334 du Conseil de sécurité de l’ONU qui demande une différenciation entre Israël et les territoires occupés, pour empêcher les colons israéliens de bénéficier des avantages offerts par les accords internationaux aux autres citoyens israéliens. Les colonies restent le principal obstacle à la réalisation du droit des Palestiniens à l’auto-détermination.
  10. S’oppose à toute résolution qui criminalise la liberté d’expression et les actions, y compris l’équation entre les campagnes anti-occupations et l’antisémitisme ; l’IS appelle plutôt tous les pays à prendre des mesures pour tenir Israël responsable de ses violations bien documentées du droit international et de la négation systématique des droits des Palestiniens.

 

____________________

Participants

Galerie de photos

You are currently offline. Some pages or content may fail to load.