Print this article   Email this to a friend

Willy Brandt

Willy Brandt – en célébration du centenaire de sa naissance

18 décembre 2013


Le 18 décembre 2013, marque le centenaire de la naissance de Willy Brandt, ancien Chancelier d’Allemagne et leader du SPD, et ancien Président de l’Internationale Socialiste, une figure de proue à la recherche de la liberté et la démocratie tout au long de sa vie, une influence pour beaucoup et qui a transformé la face de notre Internationale.

Willy Brandt est né Herbert Ernst Karl Frahm, à Lübeck, dans le nord de l’Allemagne, le 18 décembre 1913. Motivé par la politique dès un très jeune âge, il rejoint des mouvements de jeunesse de gauche et radicaux à partir de l’âge de 16 ans, d'abord le SPD, et à 18 ans, en 1931, il a aidé à former le Parti socialiste ouvrier (SAP), une organisation de gauche marxiste. En 1933 Brandt quitte l’Allemagne nazie et s’exile d’abord en Norvège, où il prend son pseudonyme de Willy Brandt, et puis en Suède. Sa méfiance envers le communisme a commencé en couvrant la guerre civile en Espagne. Mary Saran a écrit nettement plus tard dans une revue de la publication de 1971 Brandt in Exile, «C’est sa capacité de tirer des leçons d’expériences amères qui a renforcé sa conviction pour la désirabilité et la possibilité d’une construction démocratique de la société».

En 1946 Brandt retourne en Allemagne, demande sa réintégration dans la nationalité allemande en 1948, mais garde son nom adopté. Dans la même année il rejoint le Parti social-démocrate d’Allemagne (SPD). Ses actions déterminées pour les droits et libertés de tous ont offert un grand espoir dans le contexte de la guerre froide et la discorde géopolitique qui régnait en ce temps au niveau international. En 1957 il est décerné le Prix Liberté par l'International Rescue Committee (IRC) pour «la capacité d’un individu de façonner l’histoire et de changer en mieux un monde allant vers la liberté pour tous». La même année il a servi comme Président du Bundesrat à Bonn, et en tant que maire de Berlin ouest, une fonction qu’il a occupé jusqu’en 1966, restant un symbole contre la division de la ville.

En 1964, Brandt fut élu Président du SPD, et en 1966 il devient Ministre des Affaires étrangères et Vice-chancelier dans une coalition du SPD avec l’Union chrétienne-démocrate d’Allemagne (CDU). Trois ans plus tard, le SPD forme une coalition avec le Parti libéral-démocrate (FDP) et Brandt fut élu Chancelier de la République fédérale d’Allemagne.

A travers ces années, Brandt était inébranlable dans son engagement pour améliorer les relations entre l’Allemagne de l’Est et de l’Ouest et il a largement été reconnu pour son Ostpolitik qui au début a engendré quelques disputes mais qui a triomphé plus tard. Le Time magazine l’a nommé personnalité de l’année en 1970 «cherchant à mettre fin à la Seconde guerre mondiale en incitant des nouvelles relations entre l’Est et l’Ouest» et Brandt a reçu le prix Nobel de la paix en 1971 pour «avoir ouvert la voie à un dialogue constructif ente l’Est et l’Ouest». Tout au long de sa carrière il n’a cessé d’œuvrer pour la paix.

Brandt a démissionné de son poste de Chancelier en 1974 mais resta à la tête du SPD jusqu’en 1987 et Président honoraire jusqu’à sa mort.

Les idées de Brandt se reflétaient fortement dans l’Internationale Socialiste. Il croyait en les valeurs réelles de la social-démocratie et savait que la mise en œuvre de ces valeurs allait accélérer l’amélioration des libertés et droits pour les peuples d’Europe, et à travers le monde, qui était tellement retranché dans les confrontations de la guerre froide. Lors du VII Congrès de l’IS à Rome, les 23-27 octobre 1961, Brandt a tenu un discours sur la crise de Berlin, et ensuite son rôle dans l’organisation a continué d’évoluer. Il a été élu Vice-président de l’IS lors du dixième Congrès, les 5-8 mai 1966, devenant un acteur et contributeur majeur au travail de l’Internationale et ses réunions.

Dix ans plus tard, en 1976, Willy Brandt a été élu Président de l’Internationale Socialiste, et dans son premier discours au Congrès de Genève le 26 novembre, il a parlé ouvertement et franchement sur sa vision du monde à ce temps-là et sur ses espoirs de ce que l’IS pouvait atteindre à l’avenir: «Les nations riches ne resteront pas riches si les hospices de pauvres continuent d’augmenter» dit-il. «A long terme il n’y aura plus d’îles de privilège, pas d’oasis de bonheur au dépens d’autres personnes. L’offensive pour la paix doit s’unir à la lutte contre la misère mondiale, nous devons le prendre sur nous épaules… Nous devons avoir le courage de voir le monde et ses conditions aussi compliquées qu’elles soient. En faisant ainsi nous suivons une bonne tradition: depuis son début le mouvement socialiste a été un appel aux capacités de l’homme de penser».

Avec Brandt comme président, l’IS a commencé à dépasser les préoccupations européennes, allant aux quatre coins du monde pour apporter sa solidarité et démontrer la profondeur de ce qui pouvait être accompli par les socialistes même en temps de profondes divisions entre Est et Ouest. Brandt avait une nouvelle vision pour l’Internationale Socialiste, une vision formée par son expérience de la politique internationale, de la répression et du néocolonialisme. Il voulait créer une Internationale réellement mondiale, une Internationale qui serait composée de partis membres du monde entier et qui soutiendrait et encouragerait ces partis politiques dans leur luttes pour établir la démocratie, les libertés et les droits. Brandt pensait que la pauvreté, la guerre et l’inégalité allait continuer ou empirer sans solidarité mondiale et que peut-être l’Internationale Socialiste était la seule organisation de son genre capable de parvenir à une telle solidarité. En 1977, il a été nommé Président de la Commission indépendante pour les questions de développement international et le rapport Brandt, avec une série de propositions de grande envergure, a été publié en 1980. En 1984, il a reçu le Prix du Tiers monde par la Fondation du Tiers monde, en «reconnaissance de sa contribution à la paix mondiale et le développement du Tiers monde».

La vision de Brandt pour l’IS était couronnée de succès. Le nombre de membres augmentait et l’engagement de l’Internationale pour des questions mondiales s’est approfondi. Les conseils, réunions de commission et missions de l’IS étaient fréquemment organisées dans de nouveaux endroits, soulignant l’intérêt de plus en plus global de l’organisation, appelant à la justice sociale et un plus grand soutien pour les pays de l’Amérique latine, d’Afrique et d’Asie. En 1984, la réunion du bureau de l’IS à Rio de Janeiro, Brésil, a fait la une des journaux pour avoir été la plus grande réunion politique de son genre à avoir lieu dans la région d’Amérique latine et des Caraïbes à cette époque et qui était plus grande que toute réunion du bureau de l’IS précédente: 47 partis politiques et 39 pays y ont participé.

Sous la présidence de Brandt, l’Internationale a également été forte en appelant à une fin de l’apartheid en Afrique du Sud. L’IS a effectué une série de visites dans la région, y compris une réunion en 1984 des leaders des Etats de la ligne de front, l’ANC et la SWAPO à Arusha, Tanzanie, et une réunion du Présidium au Botswana en 1986, accueilli par le président du Botswana Quett Masire, pour exprimer la solidarité de l’IS dans un endroit le plus près possible de l’Afrique du Sud. «Il ne peut pas y avoir de compromis avec l’apartheid», il ne pouvait pas y avoir de réforme, elle devait disparaître, dit Brandt personnellement à PW Botha, Président d’Afrique du Sud à ce temps-là, lors d’une visite en avril en 1986. Pendant son séjour, Brandt a demandé à plusieurs reprises de visiter Nelson Mandela en prison, mais le gouvernement sudafricain a refusé. Brandt a rencontré Winnie Mandela, Desmond Tutu et Allan Boesak, et a parlé avec des syndicats, des militants des droits civiques, des représentants de l’Eglise et des résidents, réitérant le fort message de soutien de l’Internationale et des sociaux-démocrates du monde entier, dans la lutte pour les droits et libertés et une fin de l’apartheid. Après la libération de Mandela, Brandt l’a invité à Bonn, exprimant le soutien de l’IS en tant que réseau de solidarité internationale.

Brandt présenta l’IS comme «un cadre de coopération» mondial, mais elle est devenue beaucoup plus qu’un cadre sous sa direction. Les relations avec des acteurs politiques de nouveaux partis membres de l’IS dans des pays en développement et en difficulté ont élargi la portée des questions que traite l’organisation. L’IS a publié des rapports de partis membres sur les réalités auxquels ils doivent faire face dans leurs pays respectifs, et la vérité sur des questions fondamentales telles que la pauvreté, le logement, la santé et l’éducation, attirant l’attention sur le fait qu’il s’agit des questions politiques qui demandaient et pouvaient être résolues par des politiques social-démocratiques. Brandt a souligné que la collaboration mondiale et la paix étaient interdépendantes, et ce concept a été incorporé dans les politiques de la famille de l’IS au monde entier.

Au XVIII Congrès de l’IS à Stockholm en 1989, Brandt a dit que «l’IS a déclenché des développements qui vont bien au-delà des limites de l’Europe et qui ont amélioré la coopération internationale… Mais nous sommes loin de la fin du chemin. En fait, nous sommes juste au début de ce que nous voulons accomplir au niveau international». Ces paroles continuent de représenter l’esprit de l’Internationale.

Malheureusement, Brandt n’a pas pu participer au XIX Congrès à Berlin qui marqua son départ de l’Internationale les 15-17 septembre 1992. Dans son message mémorable au Congrès il écrit: «Le fait que nous sommes … devenus une communauté véritablement mondiale et donc diverse, me donne, ainsi qu’à nous tous, une satisfaction spéciale». Lors de ce Congrès à Berlin, Felipe González, Premier ministre d’Espagne et Vice-président de l’IS, dit de Brandt dans son discours d’ouverture: «Sans sa prévoyance, son courage et son intégrité nous n’aurions jamais été capables de surmonter l’eurocentrisme pour parvenir à une adhésion mondiale de membres qui est si indispensable dans le monde où nous vivons».

La mort de Brandt, le 8 octobre 1992, fut une perte énorme pour l’Internationale Socialiste ainsi que pour le monde. Willy Brandt faisait partie de la direction de l’Internationale Socialiste pendant vingt-six ans, ayant été élu pour la première fois en tant que vice-président en 1966, et ensuite six fois comme président. L’Internationale Socialiste fut privilégié d’avoir Willy Brandt à sa tête pendant une période aussi longue et si importante en changements politiques. Son héritage reste dans le travail de l’Internationale Socialiste qui compte 155 partis membres et organisations de tous les continents aujourd’hui, dont 55 actuellement au gouvernement. Lors du soixante-dixième anniversaire de Brandt en décembre 1983, dans un éloge à Willy Brandt, Günter Grass dit «Tu es resté sur ton chemin dès le début, tu es resté «à gauche et libre». Et pour ceci je te remercie en tant qu’ami et camarade». L’Internationale Socialiste réitère ce sentiment profond de gratitude, de respect et d’admiration aujourd’hui, le centenaire de sa naissance.

Luis Ayala

 

Internationale Socialiste





Resolutions et Decisions du XXV Congres de l'IS


Rapport au XXV Congrès de l'IS


 

Presse

 

Revue de presse des dernières activités

 

      

     

 
 

Prochainement

 

 

Partis membres au gouvernement


Liste des partis membres de l'IS au gouvernement

 

Congrès des
partis membres

 

Frelimo, Mozambique
11 Congrès
Maputo
26 septembre - 1 octobre 2017

 

Parti Libéral Colombie, Colombie
VII Congrès
Bogotá
28 - 29 de septembre 2017

 

 

VENezUELA

 

Finances de l'Internationale

Budget et comptabilité

NIGERIA

Elections

Aruba
Présidentiel
22 septembre 2017


Chili
Présidentiel et parlementaire
19 novembre 2017

 

Népal
Parlementaire
26 novembre 2017

 

Rapport du Secretaire General




Résolutions et décisions du XXIV Congres




journée internationale de la femme


Planète 50-50 d'ici 2030:
Franchissons le pas pour l'égalité des sexes

Ouganda

Soutenir la démocratie en Ouganda


22 FÉVRIER 2016


Ces dernières années, les peuples d’Afrique ont continué à progresser et à se rapprocher de la gouvernance démocratique dans un nombre important de pays de la région. Aujourd’hui, les habitants de ce continent sont de plus en plus nombreux à bénéficier de libertés et de droits, des conditions préalables au progrès, au développement et à la paix. Les membres de l’Internationale socialiste dans un grand nombre de pays d’Afrique ont été des protagonistes et des acteurs d’une période de changement qui a introduit de nouvelles opportunités et donné un nouveau visage à la vie politique du continent. Pourtant, l’autoritarisme, l'oppression et autres maux du passé s’attardent encore dans la vie politique de certains pays de la région...

Pakistan

Solidarité de l’IS avec le peuple du Pakistan


28 Mars 2016


L’Internationale socialiste exprime sa solidarité avec le peuple du Pakistan alors qu’il confronte le terrible attentat commis hier près de Lahore. Plus de 70 personnes ont trouvé la mort alors qu’elles passaient un dimanche après-midi au parc, dont de nombreuses femmes et enfants. Plus de 300 personnes ont également été blessées. Nous dénonçons avec force cet acte de violence, comme nous l’avons fait pour les autres attaques terroristes au Pakistan et ailleur. Nos pensées et condoléances vont aux familles et amis des victimes et notre compassion va à toutes les personnes blessées et traumatisées par cet attentat... 


venEZUELA

L'IS dénonce la déclaration d'inconstitutionnalité de la loi d'amnistie et réconciliation au Venezuela


12 avril 2016


L’Internationale Socialiste dénonce le grave mépris de la volonté souveraine du peuple vénézuélien et l’usurpation de pouvoir par la Chambre constitutionnelle de la Cour suprême (TSJ) du pays suite à son annonce hier déclarant l’inconstitutionnalité de la loi pour l’amnistie et la réconciliation nationale qui avait été approuvée par une majorité à l’Assemblée nationale le 29 mars dernier. La victoire écrasante aux élections à l’Assemblée nationale début décembre 2015 se fondait sur une proposition claire aux citoyens...

La CEI, le Caucase et la Mer Noire

L’IS lance un appel à l’arrêt immédiat des affrontements entre les Azerbaidjanais et les Arméniens


04 AVRIL 2016


hostilités et affrontements qui se sont produits au cours des dernières 48 heures entre les Azerbaidjanais et les Arméniens, se soldant par la perte regrettable de nombreuses vies. Notre Internationale lance un appel pour un cessez-le-feu immédiat et un arrêt de ces hostilités, tout en rappelant la nécessité urgente de la reprise du dialogue dans le cadre du Groupe de Minsk, un organisme accepté par l’Arménie et l’Azerbaïdjan et reconnu par les organisations multilatérales, afin de résoudre par la négociation et conformément aux principes du droit international...

france

L’IS condamne l’attaque terroriste de Nice et est solidaire de la France


15 JUILLET 2015



L’Internationale Socialiste condamne vigoureusement l’infâme attaque terroriste de la nuit dernière pendant les festivités de la fête nationale française à Nice, qui a coûté la vie à au moins 84 hommes, femmes et enfants, et gravement blessé de nombreux autres. Cette attaque effroyable s’inscrit dans la droite ligne des actes de terrorisme successifs perpétrés contre des innocents en France et dans d’autres pays à travers le monde, les extrémistes cherchant à instaurer un climat de peur et à faire trembler la démocratie ainsi que les droits et les libertés pour lesquels les peuples du monde entier ont lutté.....

Turquie

L’IS condamne la tentative de coup d’État et appuie la démocratie en Turquie


16 JUILLET 2016


L’Internationale Socialiste condamne la tentative de forces armées en Turquie, au cours de la nuit dernière et aux premières heures du jour ce matin, de reversement du gouvernement légitimement élu du pays. Notre organisation reprend à son compte et appuie pleinement les déclarations claires et sans équivoque des chefs du CHP et du HDP, membres de notre famille politique mondiale, alors que la tentative de coup d’État est en cours. Kemal Kılıçdaroğlu, chef du CHP, a déclaré que le pays a été victime de coups d’État par le passé et que ces événements ne devraient jamais se reproduire en Turquie...