Print this article   Email this to a friend

Guinée

Les défis de la démocratie: élections parlementaires en Guinée

11 octobre 2013


Le 28 septembre 2013 la Guinée a tenu pour la première fois des élections pour un nouveau parlement en démocratie. Ayant subi plus de 50 ans de régimes autocratiques depuis son indépendance en 1958, le pays a fait prêter serment à son premier président élu de manière démocratique, Alpha Condé, en décembre 2010.

Evidemment, les attentes envers un processus électoral d’une si grande signification étaient très grandes. Ces élections avaient d’abord été prévues six mois après la prise de pouvoir du nouveau gouvernement démocratique. Toutefois, cette période s’est avérée être trop courte pour assurer les accords nécessaires, incluant toutes les forces politiques, pour la tenue de ces élections, et qui ont finalement pu être atteints plus tôt dans l'année.

Les élections, organisées par la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI), qui comprenait des représentants de tous les majeurs partis du pays, étaient, malgré des rapports de quelques difficultés techniques ou organisationnelles, pacifiques, ouvertes et ont attiré une large participation des citoyens, remplissant une étape cruciale dans ce processus.

Dans un pays avec une population d’environ 11,5 millions, toujours sans infrastructure, systèmes de communication et de routes adéquats, et dans une élection où les citoyens avaient le choix entre près de 2000 candidats pour 114 sièges parlementaires avec 36 listes de candidats enregistrés, les défis logistiques des élections parlementaires en Guinée ont sans aucun doute été immenses.

Jusqu’à présent, la République de Guinée n’avait pas eu la possibilité de s’appuyer sur l’expérience d’une tradition parlementaire démocratique, puisque cela avait été refusé aux citoyens de la nation par les régimes autoritaires successifs. Ceci s’est reflété à la fois dans les difficiles négociations prolongées pour préparer les élections et dans l’atmosphère de méfiance parmi les acteurs politiques alors que le pays attend les résultats.

Clairement, tout cadre institutionnel politique démocratique doit être construit à travers des expériences. Le délai dans l’annonce des résultats des élections, par exemple, montre que la période de dix jours dans laquelle la Cour suprême doit sanctionner les résultats s’avère être également trop courte.

Ces questions, et d’autres problèmes et insuffisances présumés qui ont été exprimées depuis, ne devraient pas être utilisés comme prétexte pour disqualifier les élections. Aujourd’hui en Guinée, comme dans toute autre démocratie dans le monde, les voies juridiques appropriées existent pour entendre toute allégation dans un processus électoral, pour vérifier que les procédures correctes ont été suivies, et que toute plainte maintenue, selon la loi guinéenne, soit soumise à la Cour suprême, qui est le seul organe juridique pouvant sanctionner le résultat final.

La démocratie doit être cultivé jour pour jour et ce n’est qu’en reconnaissant et suivant les règles et normes de la démocratie et de la loi que la légitimité nécessaire des nouvelles institutions démocratiques du pays pourront être établies.

Tous les individus, groupes et partis politiques ont une obligation de contribuer au maintien de cette voie dans ce moment crucial pour la Guinée. A travers le monde nous pouvons voir que seulement avec une vraie gouvernance démocratique les pays réussissent à avancer. Cette jeune démocratie doit se développer et tirer les leçons de ses propres expériences pour sécuriser non seulement les nouveaux droits et libertés acquis de tous les citoyens guinéens, mais la stabilité, le développement économique du pays ainsi que le bien-être de son peuple.

Le fait que ces élections aient eu lieu, tenant compte de la myriade intimidante de défis politiques et logistiques auxquelles une démocratie naissante dans un pays en développement a dû faire face, est grâce aux efforts de ses citoyens, des différents acteurs politiques en Guinée, et du Président Alpha Condé, dont l’engagement politique, comme l’a démontré sa vie, ayant dû endurer la prison, l’exile et la persécution, a toujours été associé avec la recherche permanente des droits et libertés démocratiques dans son pays.

A présent, de nouveaux efforts concertés doivent être faits par la CENI et tous les autres fonctionnaires concernés pour compléter le processus afin d’arriver à des résultats finaux publics, et pour inclure dans son rapport à la Cour suprême les cas qui nécessitent de l’attention ou des éclaircissements supplémentaires.

L’Internationale Socialiste continuera à rester engagée et mobilisée dans le soutien de cette nouvelle Guinée démocratique.

 

Internationale Socialiste





In Memoriam

 


 

Rapport au XXV Congrès de l'IS


 

Presse

 

Revue de presse des dernières activités

 

      

     

 
 

Partis membres au gouvernement


Liste des partis membres de l'IS au gouvernement

 

Prochainement

Congrès des
partis membres

Parti Komala du Kurdistan d’Iran, KPIK
15e Congrès
11 mai 2017

 

Union Socialiste des Forces Populaires, USFP
10e congrès
19 - 21 mai 2017
Rabat, Maroc

 

Parti Socialiste Ouvrier Espagnol, PSOE
39e congrès
17-18 juin 2017
Espagne

 

VENezUELA

 

Finances de l'Internationale

Budget et comptabilité

NIGERIA

Elections

 

Algérie
Parlementaire
4 mai 2017

 
Royaume-Uni
Parlementaire
8 juin 2017

 

France 
Parlementaire
11 juin 2017

 

Mongolie
Presidential
26 juin 2017

 

Journée mondiale des réfugiés



 

Rapport du Secretaire General




Résolutions et décisions du XXIV Congres




journée internationale de la femme


Planète 50-50 d'ici 2030:
Franchissons le pas pour l'égalité des sexes

Ouganda

Soutenir la démocratie en Ouganda


22 FÉVRIER 2016


Ces dernières années, les peuples d’Afrique ont continué à progresser et à se rapprocher de la gouvernance démocratique dans un nombre important de pays de la région. Aujourd’hui, les habitants de ce continent sont de plus en plus nombreux à bénéficier de libertés et de droits, des conditions préalables au progrès, au développement et à la paix. Les membres de l’Internationale socialiste dans un grand nombre de pays d’Afrique ont été des protagonistes et des acteurs d’une période de changement qui a introduit de nouvelles opportunités et donné un nouveau visage à la vie politique du continent. Pourtant, l’autoritarisme, l'oppression et autres maux du passé s’attardent encore dans la vie politique de certains pays de la région...

Pakistan

Solidarité de l’IS avec le peuple du Pakistan


28 Mars 2016


L’Internationale socialiste exprime sa solidarité avec le peuple du Pakistan alors qu’il confronte le terrible attentat commis hier près de Lahore. Plus de 70 personnes ont trouvé la mort alors qu’elles passaient un dimanche après-midi au parc, dont de nombreuses femmes et enfants. Plus de 300 personnes ont également été blessées. Nous dénonçons avec force cet acte de violence, comme nous l’avons fait pour les autres attaques terroristes au Pakistan et ailleur. Nos pensées et condoléances vont aux familles et amis des victimes et notre compassion va à toutes les personnes blessées et traumatisées par cet attentat... 


venEZUELA

L'IS dénonce la déclaration d'inconstitutionnalité de la loi d'amnistie et réconciliation au Venezuela


12 avril 2016


L’Internationale Socialiste dénonce le grave mépris de la volonté souveraine du peuple vénézuélien et l’usurpation de pouvoir par la Chambre constitutionnelle de la Cour suprême (TSJ) du pays suite à son annonce hier déclarant l’inconstitutionnalité de la loi pour l’amnistie et la réconciliation nationale qui avait été approuvée par une majorité à l’Assemblée nationale le 29 mars dernier. La victoire écrasante aux élections à l’Assemblée nationale début décembre 2015 se fondait sur une proposition claire aux citoyens...

La CEI, le Caucase et la Mer Noire

L’IS lance un appel à l’arrêt immédiat des affrontements entre les Azerbaidjanais et les Arméniens


04 AVRIL 2016


hostilités et affrontements qui se sont produits au cours des dernières 48 heures entre les Azerbaidjanais et les Arméniens, se soldant par la perte regrettable de nombreuses vies. Notre Internationale lance un appel pour un cessez-le-feu immédiat et un arrêt de ces hostilités, tout en rappelant la nécessité urgente de la reprise du dialogue dans le cadre du Groupe de Minsk, un organisme accepté par l’Arménie et l’Azerbaïdjan et reconnu par les organisations multilatérales, afin de résoudre par la négociation et conformément aux principes du droit international...