Print this article   Email this to a friend

Congrès

XXIème Congrès de l'Internationale Socialiste, Paris

08-10 novembre 1999

pour une société plus humaine - pour un monde plus équitable et plus juste

 

A Paris, du 8 au 10 novembre 1999, des délégués du monde entier ont pris part à la plus grande réunion que l’Internationale Socialiste n’ait jamais tenue.

 

Le XXème Congrès de l’Internationale Socialiste, réuni à Paris du 8 au 10 novembre 1999, a rassemblé des chefs de gouvernements et des leaders de partis du mouvement social-démocrate en provenance du monde entier, sous la bannière ‘Pour une société plus humaine, pour un monde plus équitable et plus juste’ avec deux thèmes principaux: ‘Socialisme démocratique au siècle prochain’ et ‘La voie de la paix et de la solidarité’.

Des représentants de plus de 150 partis et organisations ont participé au Congrès.

L’Internationale est revenue en Europe, et de façon adéquate à Paris – une citée riche dans l’histoire de la lutte pour la liberté, la justice et l’égalité – pour ce vingt-et-unième Congrès, suite à la tenue réussie du Congrès de 1996 au siège des Nations Unies à New York. Cette réunion, qui se déroulait sept ans après le Congrès capital de Berlin, a également rappelé le dixième anniversaire de la chute du mur de Berlin.

Ouvrant la réunion, François Hollande, premier secrétaire du Parti Socialiste, PS, France, a souhaité la bienvenue aux participants. Pierre Mauroy, président sortant de l’IS, lors de son discours d’ouverture, a partagé ses réflexions concernant sa période à la tête de l’Internationale et sur l’expansion de l’organisation ces dernières années.

Les leaders sociaux-démocrates débattant sur les thèmes principaux comprenaient les chefs de gouvernements suivants :Lionel Jospin, premier ministre de la France; Gerhard Schröder, président du Parti Social-Démocrate, SPD, et chancelier de l’Allemagne; Tony Blair, leader du Parti Travailliste britannique et premier ministre de la Grande Bretagne et de l’Irlande du Nord; Fernando de la Rúa, président-élu de l’Argentine; Wim Kok, leader du Parti Travailliste, PvdA, et premier ministre des Pays-Bas; Massimo D’Alema, président des Démocrates de Gauche, DS, et premier ministre de l’Italie; Costas Simitis, président du Mouvement Socialiste Panhellénique, PASOK, et premier ministre de la Grèce; Abderrahman Youssoufi, premier secrétaire de l’Union Socialiste des Forces Populaires, USFP, et premier ministre du Maroc; Ibrahim Boubacar Keita, président du Parti Africain pour la Solidarité et la Justice, ADEMA-PASJ, et premier ministre du Mali; Ehud Barak, président du Parti Travailliste israélien et premier ministre d’Israël; Yasser Arafat, président du Fatah et président de l’Autorité nationale palestinienne; Navim Ramgoolam, leader du Parti Travailliste Mauricien et premier ministre de Maurice; et Paavo Lipponen, leader du Parti Social-Démocrate et premier ministre de la Finlande.

D’autres intervenants distingués comprenaient: Felipe González, président de la Commission sur le progrès mondial; Ousmane Tanor Dieng, premier secrétaire du Parti Socialiste du Sénégal; Dolors Renau, présidente de l’Internationale Socialiste des Femmes; Shimon Peres, ministre de la Coopération régionale, Israël; Sushil Koirala, secrétaire général du Parti du Congrès Népalais; Jaime Paz Zamora, leader du Mouvement Révolutionnaire de la Gauche, MIR-Nouvelle Majorité, et ancien président de la Bolivie; László Kovács, président du Parti Socialiste hongrois, MSzP, et ancien ministre des Affaires étrangères de Hongrie; Thorbjørn Jagland, leader du Parti Travailliste norvégien, DNA; Joaquín Almunia, secrétaire du Parti Socialiste Ouvrier Espagnol, PSOE; Lena Hjelm Wallén, premier ministre adjointe de la Suède; Enrique Barón, président du Groupe Parlementaire du Parti des Socialistes Européens; Rudolf Scharping, président du Parti des Socialistes Européens et Ministre de la Défense, Allemagne; John Hume, leader du Parti Social-Démocrate et Travailliste, SDLP, de l’Irlande du Nord; Walter Veltroni, secrétaire national des Démocrates de Gauche, Italie; Radnaasumbereliin Gonchigdorj, président du Parti Social-Démocrate mongol et président du Parlement de la Mongolie; Hocine Aït Ahmed, président du Front des Forces Socialistes, Algérie; João Lourenço, secrétaire général du Mouvement Populaire pour la Libération de l’Angola; Anselmo Sule, président du Parti Social-Démocrate Radical, Chili; Elio Di Rupo, président du Parti Socialiste, Belgique; Jacob Zuma, président adjoint du Congrès National Africain et président adjoint de l’Afrique du Sud; Vassos Lyssarides, président de l’EDEK Parti Socialiste de Chypre; Enrico Boselli, président des Socialistes Démocratiques Italiens; et Altan Öymen, président du Parti du Peuple Républicain, Turquie.

La ‘Déclaration de Paris’, reflétant les débats sur le premier thème, a été adoptée à l’unanimité par le Congrès.

 
Décisions concernant les membres

En tant qu’organe statutaire suprême de l’Internationale, le Congrès a également décidé de l’admission de nouveaux partis et organisations membres. Le Congrès a admis treize partis, appartenant à des catégories variées de l’organisation, ainsi qu’une nouvelle organisation associée. Un certain nombre de partis ont également vu leurs statuts réévalués (Liste des nouveaux membres et des changements de statuts)

 
Le Présidium

Lors des élections du Présidium de l’Internationale Socialiste, António Guterres, secrétaire général du Parti Socialiste et premier ministre du Portugal, a été élu Président à l’unanimité. Guterres a rendu hommage au travail de Pierre Mauroy en tant que président de l’IS depuis 1992 et a proposé qu’il devienne Président honoraire de l’Internationale. Le secrétaire général, Luis Ayala, qui a présenté un rapport sur les activités de l’IS durant la période entre congrès, a été réélu par le Congrès. Les Vice-présidents ont également été élus (Membres du Présidium).

 
Initiatives sur les Structures et l’Organisation de l’IS

Le Secrétaire Général a présenté un nombre de propositions sur la structure et l’organisation de l’Internationale, qui ont été approuvées par le Congrès. Les initiatives comprenaient l’établissement d’un petit groupe au sein du Présidium, un Exécutif, pour travailler étroitement avec le Président et le Secrétaire Général. Il a été décidé que se tiendrait un nouveau type de forum progressiste mondial avec la participation de personnalités sociales-démocrates éminentes, y compris des chefs de gouvernements, ainsi que des économistes notoires, des académiciens et des figures du monde travailliste et du monde des affaires. D’autres initiatives incluaient la mise en valeur des travaux du Conseil, le développement d’une vaste stratégie de communication de l’Internationale, la poursuite de sources alternatives de financement pour aider à faire avancer, là où c’est nécessaire, la capacité organisationnelle de partis membres en prenant pour base les ressources et l’expérience des membres, ainsi que le renforcement de la capacité du SIFAC pour accroître sa représentativité.

 
Résolution générale du Congrès

Se concentrant sur un nombre de préoccupations régionales et thématiques de l’Internationale Socialiste, une Résolution générale a été adoptée le dernier jour du XXIème Congrès. Les thèmes abordés comprenaient la démocratie, la paix et le développement, et la mondialisation en Afrique ; les priorités et perspectives pour la social-démocratie en Asie et dans le Pacifique ; la situation en Europe et les questions concernant l’Europe centrale et l’Europe de l’Est ; les développements dans la Méditerranée ; le renouveau du processus de paix au Moyen-Orient ; les défis de l’Amérique latine et des Caraїbes ; ainsi que les travaux des autorités locales et régionales. La résolution a également considéré en détail de nombreuses situations nationales (Résolution générale dans son entier)

 

Rapport du Secrétaire Générale au XXIème Congrès de l'IS

Liste des participants